Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Aidez le gouvernement du Canada à organiser son site Web!

Remplissez un questionnaire anonyme de 5 minutes. Commencez maintenant.

Discours

Notes d'allocution prononcées par l'honorable Peter Kent, ministre de l'Environnement, portant sur les modifications proposées au Règlement sur les carburants renouvelables, Hamilton (Ontario), Le 10 février 2011

Bonjour.

Je tiens à remercier nos hôtes qui nous accueillent aujourd’hui -- Biox de Hamilton. Je souligne également la présence de mon collègue, l’honorable Gerry Ritz, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire.

Et je remercie particulièrement chacun de vous d’être ici aujourd’hui à l’occasion de cette très importante annonce.

Le Canada est responsable d’à peine 2 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, mais, en tant que Canadiens, nous sommes déterminés à contribuer notre part à la lutte contre les changements climatiques.

Nous assumons très sérieusement notre responsabilité pour faire tout en notre pouvoir pour assurer un avenir plus sain et plus vert.

Nous comprenons que la qualité de vie des générations de demain dépend de ce que nous faisons ou de ce que nous ne faisons pas aujourd’hui.

C’est d’ailleurs cela qui traduit la détermination de notre gouvernement à améliorer le patrimoine environnemental du Canada, et c’est cette détermination qui l’a inspiré à élaborer un plan exhaustif en vue de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre.

En adoptant une approche systématique, notre gouvernement travaille activement à réduire l’empreinte de carbone du Canada.

Nous avons déjà abordé deux des grands émetteurs de gaz à effet du pays en :

  • établissant de nouvelles normes visant les émissions des véhicules à passagers et en amorçant le processus pour des normes similaires visant les véhicules lourds;
  • allant de l’avant avec les normes qui viseront à éliminer progressivement l’utilisation du charbon polluant dans la production d’électricité, qui, à elle-seule, est responsable de 13 % des émissions du Canada.

Grâce à ces initiatives, notre gouvernement est sur la bonne voie en vue d’atteindre notre cible ambitieuse et réaliste qui vise à réduire les émissions de 17 % d’ici 2020.

Bien que nous ayons beaucoup progressé, il reste évidemment encore beaucoup de travail à faire.

Nous devons continuer d’adapter notre approche pour mener notre travail à terme.

Mesdames et Messieurs, je suis ici aujourd’hui pour annoncer la prochaine des mesures que prend notre gouvernement en vue de limiter les émissions de gaz à effet de serre, soit les biocarburants.

Le 1er septembre 2010, notre gouvernement a rempli son engagement de rendre obligatoire la teneur en carburant renouvelable dans l’essence en publiant le Règlement sur les carburants renouvelables.

Depuis le 15 décembre 2010, l’essence doit avoir une teneur moyenne de 5 % en carburant renouvelable.

En deuxième phase du Règlement, nous avions promis d’exiger une teneur moyenne de 2 % en carburant renouvelable dans le carburant diesel et le mazout de chauffage.

Aujourd’hui, nous honorons notre promesse.

Au cours des semaines à venir, nous publierons, dans la Partie I de la Gazette du Canada, un projet de modification au Règlement sur les carburants renouvelables, visant à mettre en oeuvre l’exigence liée à la teneur de 2 %. Cette publication lancera du même une période officielle de consultation publique de 60 jours.  

Nous proposons que cette exigence entre en vigueur le 1er juillet 2011.

Ce règlement est l’un des éléments de notre stratégie globale sur les carburants renouvelables. Il entraînera d’importants avantages environnementaux.

La plus impressionnante prévision des deux exigences réglementaires que je viens de décrire, c’est que, une fois qu’elles seront entièrement mises en oeuvre et en les combinant avec la réglementation provinciale, ces exigences permettront de réduire les émissions annuelles de gaz à effet de serre de quatre mégatonnes. Cela représente l’équivalent du retrait de un million de véhicules de la route.

L’environnement, Mesdames et Messieurs, n’est pas le seul bénéficiaire de l’annonce d’aujourd’hui.

En plus d’assurer un avenir plus propre et plus vert, l’instauration d’une teneur en carburant renouvelable dans le carburant diesel et le mazout de chauffage créera des débouchées économiques considérables pour les agriculteurs et les producteurs de carburant renouvelable du pays.

Cela créera des emplois maintenant, au moment où nous en avons le plus besoin.

Cela sera avantageux pour les collectivités rurales partout au pays.

Cela aidera le Canada à devenir un chef de file dans la commercialisation des technologies de biocarburant.

Un pas en avant pour notre environnement.

Un pas en avant pour notre économie.

L’annonce d’aujourd’hui, je peux l’affirmer sans l’ombre d’un doute à titre d’ancien journaliste, est vraiment une bonne nouvelle pour tous.

Merci.