Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Discours

Notes d’allocution de
l’honorable Peter Kent, c.p.,
député, ministre de l’Environnement,
prononcées à l’occasion de
l’annonce concernant l'infrastructure de surveillance
météorologique
Toronto (Ontario)
Le 20 janvier 2012

Bonjour. Je suis heureux d’être ici aujourd’hui au nom du Premier ministre Stephen Harper pour annoncer une bonne nouvelle pour la population canadienne.

Une citation, souvent attribuée à Mark Twain, me vient à l’esprit en ce moment même. Elle se traduit librement comme suit : Tout le monde se plaint de la température, mais on n’y peut jamais rien.

Avec tout le respect pour Mark Twain, tout le monde à Environnement Canada sait que cela est totalement faux : nous en faisons beaucoup à l’égard de la température. C’est d’ailleurs ce que nous faisons depuis que le Service météorologique a été instauré, il y a plus de 140 ans.

En mettant à contribution la science et l’expertise du Service météorologique, nous surveillons les conditions météorologiques et leurs évolutions, nous repérons les changements dans l’atmosphère, nous suivons la formation des conditions de temps violent et nous avertissons dans le plus court laps de temps les familles canadiennes, lorsqu’il y a présence de risques pour leur vie, leurs propriétés et leurs activités et les collectivités.

En retour, qu’il s’agisse d’agriculteurs, de planificateurs de mesures d’urgence, d’adeptes d’activités de plein air ou du public voyageur, les Canadiennes et les Canadiens adaptent leurs activités en fonction des renseignements météorologiques que nous diffusons. Et ils reçoivent ces renseignements toujours par des moyens novateurs, y compris des applications pour téléphone intelligent.

La population canadienne sait également que la surveillance de notre environnement physique et l’échange de l’information à ce sujet revêtent une responsabilité publique, une responsabilité que le gouvernement actuel assume sérieusement.

Dans le but d’assurer la sécurité des Canadiennes et des Canadiens ainsi que de leur propriété, le Service météorologique du gouvernement diffuse chaque année environ 1,5 million de prévisions météorologiques publiques... 15 000 avertissements de temps violents... 500 000 prévisions aéronautiques et 200 000 prévisions maritimes, de l’état des glaces et de la mer.

Un tel volume d’activités exige un système national de surveillance des conditions météorologiques, hydriques et climatiques qui soit exhaustif.

Ce système comporte un réseau national de radars Dopplers, un réseau de détection de la foudre, des centaines de stations d’observation climatique et météorologique de surface et des douzaines de stations d’observation de la haute atmosphère.

De plus, les changements et la variation du climat ainsi que leurs effets sur la fréquence et l’intensité des phénomènes de temps violent nous forcent à être plus vigilants lorsque nous surveillons ces changements et la formation de nouveaux régimes météorologiques susceptibles d’avoir un effet sur la sécurité publique.

Nous avons en outre récemment mis à niveau ses systèmes de prévisions saisonnières en vue d’améliorer les modèles de prévision couvrant une période de trois, six, neuf et douze mois. Cela est un autre exemple où la science est mise à contribution pour fournir des services de calibre mondial à la population canadienne et assurer sa protection.

Sur cette note, j’ai le plaisir de vous annoncer aujourd’hui que notre gouvernement investira une somme additionnelle de 78,7 millions de dollars répartis sur les cinq prochaines années afin de renforcer les services météorologiques et le système d’avertissements au pays. Cette somme s’ajoute à l’investissement de 26,5 millions que j’ai annoncé il y a quelques mois aux fins de l’amélioration des services météorologiques dans l’Arctique canadien.

Ce nouvel investissement sera injecté dans quatre principaux domaines.

Le réseau canadien de radars météorologiques Dopplers recevra 45,2 millions de dollars pour améliorer le rendement et migrer vers une technologie de prochaine génération. Le radar Doppler est l'outil principal utilisé pour la détection et la prévision en temps réel des conditions de temps violent imminent, telles que des tornades, de la grêle, des bourrasques de neige et de fortes averses qui provoquent des crues éclair.

Une somme additionnelle de 18,8 millions de dollars servira à l’amélioration de 250 des 1300 stations d’observation climatique et météorologique de surface qu’exploite Environnement Canada. Ces stations fournissent des données qui servent aux prévisions météorologiques et aux avertissements de temps violent... et ces données sont également consignées sur une longue période au pays.

Le réseau aérologique, qui recueille des données sur le vent et la température en atmosphère aux fins des prévisions météorologiques et de la navigation aérienne, obtiendra 4,2 millions de dollars pour remplacer son équipement par un équipement de navigation GPS de pointe qui lui sert à lancer 22 000 ballons sondes météorologiques par année.

Finalement, nous dépenserons 10,5 millions de dollars pour améliorer le réseau de détection de la foudre. Chaque année, au Canada, 10 personnes meurent foudroyées, et jusqu'à 164 personnes sont blessées par la foudre. La foudre cause également des incendies de forêt et entraîne des dommages matériels et des interruptions de courant dont les coûts atteignent près de 1 milliard de dollars par an.

Cette dépense de 78,7 millions de dollars, qui vise à améliorer la science et la technologie, reflète l’engagement de notre gouvernement en matière de prévisions météorologiques et de protection de la population canadienne.

Fort d’une tradition d’excellence de 140 ans, nous nous préparons pour aujourd’hui, et investissons pour demain.

Merci.