Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n’a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s’appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un autre format en communiquant avec nous.

Discours

Notes d’allocution de
L’honorable Peter Kent, c.p., député,
Ministre de l’Environnement,
Concernant les résultats du rapport Tendances en matière d’émissions au Canada de 2012
Centre Algonquin pour l'excellence en construction
Ottawa (Ontario)
Le 8 août 2012

Bonjour à tous,

Je sais que le rapport Tendances en matière d’émissions au Canada n’est pas une lecture d’été légère, mais c’est un rapport que j’attends chaque année.

Selon le rapport, le Canada est maintenant à mi-chemin de sa cible, qui est de réduire les émissions totales de gaz à effet de serre de 17 % d’ici 2020 par rapport aux niveaux de 2005.

Ce résultat est attribuable à l’approche réaliste du gouvernement Harper visant la réglementation des gaz à effet de serre un secteur à la fois, ce qui a mené à la réduction des émissions tout en continuant de créer des emplois et de favoriser la croissance économique.

L’an dernier, nous avons atteint le quart de notre cible. Et nous sommes maintenant à mi-chemin. Cela montre les progrès importants que nous réalisons pour respecter notre engagement dans l’Accord de Copenhague.

Pour la première fois cette année, le rapport Tendances en matière d’émissions au Canada tient compte dans ses prévisions de la contribution du secteur de l’ATCATF (Affectation des terres, changements d’affectation des terres et foresterie) en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre; il s’agit d’une étape clé pour le Canada. Dans le cadre de l’objectif que le Canada s’est fixé d’ici 2020, nous estimons que ce secteur devrait apporter des réductions d’émissions de l’ordre de 25 mégatonnes.

Bien entendu, je ne peux pas dire que les résultats m’étonnent. Le gouvernement Harper travaille d’arrache-pied pour réduire les émissions, et cela a contribué à ouvrir la voie aux progrès que nous avons accomplis cette année.

À l’aide d’une approche sectorielle, notre gouvernement a pris des mesures visant deux des plus grandes sources d’émissions du Canda : la production d’électricité et le transport.

À pareille date l’an dernier, par exemple, nous avons annoncé un projet de règlement visant à réduire les émissions provenant du secteur de l’électricité au charbon, et nous annoncerons la version définitive du règlement dans un avenir rapproché.

En octobre, de nouvelles normes concernant les véhicules légers sont entrées en vigueur, et nous travaillons actuellement à des règlements encore plus stricts pour l’année modèle 2017 et au-delà.

Et en avril dernier, nous avons annoncé un projet de règlement concernant les véhicules lourds.

Bien que je sois fier du leadership de notre gouvernement, je suis le premier à reconnaître qu’il s’agit d’un travail d’équipe. Nous avons réalisé des progrès en matière de réduction des émissions grâce aux efforts combinés de tous les ordres de gouvernement, des consommateurs et des entreprises. Mais il reste beaucoup à faire, et nous avons besoin que tout le monde poursuive sa collaboration pour que nous puissions combler l’écart et atteindre notre objectif ultime.

Ainsi, dans le cadre de l’approche sectorielle, le gouvernement du Canada poursuivra sa collaboration avec ses partenaires en vue de s’attaquer aux autres sources majeures d’émissions. Nous avons déjà engagé le dialogue avec les provinces, les territoires et l’industrie à propos du secteur du pétrole et du gaz, et nous nous attendons à ce qu’un projet de règlement voie le jour l’an prochain [2013].

Je tiens à insister sur le fait que tout un chacun doit jouer un rôle pour réduire les émissions.

Alors, permettez-moi de conclure en chantant les louanges de nos hôtes d’aujourd’hui de l’Algonquin Centre for Construction Excellence.

Quel brillant exemple d’architecture écologique!

Vous ne faites pas qu’enseigner des compétences - vous transmettez des valeurs.

Plus que jamais, nous avons besoin de diplômés qui ont l’intuition et la sensibilité nécessaires pour développer des technologies écologiques qui peuvent changer le monde.

Nous avons besoin de citoyens et de dirigeants d’entreprise déterminés à trouver l’équilibre entre les besoins de l’économie, des personnes et de l’environnement.

Ce merveilleux Centre peut contribuer à rendre tout cela possible. Je crois effectivement que lorsque nous mettons tous la main à la pâte, nous pouvons changer les choses - même dans le cas d’un défi aussi complexe que les changements climatiques.

Le rapport Tendances en matière d’émissions au Canada de cette année confirme que nous apportons déjà ces changements. Le gouvernement du Canada a réalisé d’importants progrès en vue de réduire les émissions totales du Canada de 17 % d’ici 2020 par rapport aux niveaux de 2005. Et, avec nos partenaires, nous continuerons de prendre des mesures - un secteur à la fois - pour combler l’écart restant.

Merci.

Document connexe :