Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Aperçu

La plupart des espèces ont été classées « en sécurité» et peu d'espèces ont changé de classification entre 2005 et 2010.

Dans le rapport Espèces sauvages 2010 11 950 espèces ont été évaluées.

Rendement à ce jour

  • En 2002, le gouvernement du Canada a présenté la Loi sur les espèces en péril pour protéger les espèces en péril et leur habitat essentiel. En 2011, 616 espèces d'animaux et de plantes étaient classés dans les catégories en péril (en voie de disparition, menacées ou préoccupantes), ce qui a incité le gouvernement à prendre des mesures pour favoriser le rétablissement.
  • En 2011, à la suite de consultations exhaustives, l'ours blanc a été inscrit à titre d'« espèce préoccupante » dans le Registre public des espèces en péril.
  • Les plans et stratégies de conservation pour les 25 régions de conservation des oiseaux dans tout le Canada sont en cours d'élaboration.
  • Le gouvernement continue à diriger et à coopérer avec les provinces et les territoires en offrant des conseils d'expert sur les espèces en péril, les oiseaux migrateurs et leurs habitats pour le Plan conjoint de mise en œuvre Canada-Alberta de surveillance des sables bitumineux.

Défis qui restent à relever

  • Tandis que 77 % des espèces évaluées en 2010 ont été classés « en sécurité »,19 % ou plus de trois groupes (amphibiens, reptiles et moules d'eau douce) ont été classés « en péril ».
  • En moyenne, les populations canadiennes d'oiseaux nicheurs ont diminué de 12 % entre 1970 et 2012, avec un déclin moyen plus important chez les espèces d'oiseaux qui migrent en s'éloignant du Canada.

Depuis 1990, l'aire protégée au Canada a presque doublé.

Près de 10 % du territoire canadien est maintenant sous protection.

Les aires marines protégées ont doublé entre 2002 et 2011.

Rendement à ce jour

  • À compter de 2011, environ 8 millions d'hectares d'habitat pour la sauvagine avaient été sécurisés au Canada par l'entremise du Plan nord-américain de gestion de la sauvagine, 70 % de l'augmentation étant survenue au cours des cinq dernières années.
  • Le Canada a désigné sa première aire marine protégée en vertu de la Loi sur les océans dans l'Arctique (Tarium Niryutait), de même que la première réserve mondiale de baleines boréales, la Réserve nationale de faune de Ninginganiq sur l'île de Baffin, au Nunavut.
  • Le cadre national pour le réseau d'aires marines protégées au Canada a été publié en 2011.
  • En août 2012, le gouvernement a annoncé la création de la réserve du parc national Nááts'ihch'oh dans les Territoires du Nord-Ouest, protégeant 70 % de la partie supérieure du bassin versant de la rivière Nahanni Sud.
  • En 2010, le rapport Biodiversité canadienne : état et tendances des écosystèmes sur l'état et les tendances des écosystèmes résume les connaissances sur ceux-ci dans tout le Canada.

Défis qui restent à relever

  • Moins de 1 % des océans du Canada est officiellement protégé. Le Canada a été classé 70e sur 228 pays en ce qui concerne la création d'aires marines protégées.
  • Il y a une variabilité dans la configuration des aires protégées au Canada, car les aires protégées au sud du Canada ont tendance à être petites et à couvrir une plus petite proportion des écozones que les aires protégées dans le Nord.
  • Le rapport Biodiversité canadienne : état et tendances des écosystèmes a décelé au moins quelques tendances négatives dans tous les types d'habitat examinés (p. ex. forêts, prairies, terres humides, lacs, rivières, zones côtières et marines et glaces).

L'approvisionnement en bois est resté plutôt constant depuis 1990.

Entre 1990 et 2010, la quantité de bois récolté n'a pas dépassé l'approvisionnement en bois jugé durable.


En 2011, 72 des 155 (46 %) principaux stocks de poissons évalués et rapportés ont été classés comme « sains » et 17 (11 %) stocks ont été classés comme « critiques »

En 2011, parmi les 155 principaux stocks de poissons, 137 ont été pêchés aux limites de prises approuvées ou en dessous.

Rendement à ce jour

  • Depuis 2009, le Cadre pour la pêche durable a favorisé l'amélioration progressive apportée à la gestion durable de la pêche. Des progrès importants ont été réalisés dans la mise en œuvre du cadre de l'approche de précaution, comme la détermination de points de référence pour divers stocks de poissons.
  • Depuis 2007, le Programme des collectivités forestières a aidé les partenariats communautaires à s'adapter à la transition du secteur forestier et à tirer avantage de nouvelles possibilités pour la forêt dans onze sites au Canada.
  • Le rapport annuel sur l'état de la forêt du Canada offre une évaluation objective des ressources forestières du Canada et de l'industrie, et fournit des faits essentiels et des résumés des tendances.

Défis qui restent à relever

  • En 2011, 17 principaux stocks de poissons canadiens ont été classés « critiques », indiquant que la productivité du stock se trouve à un niveau qui peut causer un préjudice grave à la ressource.
  • Le secteur forestier est confronté à d'importants défis d'adaptation face aux changements environnementaux et économiques.

Date de modification :