Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Aperçu

Dans l'ensemble, l'indicateur national de la qualité de l'eau douce est resté stable entre 2003 et 2009.

Dans 41 % des stations de surveillance, l'eau était cotée « bonne » ou « excellente » pour la période de 2007 à 2009.


Les secteurs préoccupants des Grands Lacs sont en cours de restauration.

Trois secteurs préoccupants de ces lacs sont entièrement restaurés (le port de Collingwood, le bras Severn et le port de Wheatley) et deux autres secteurs sont en voie de retablissement (le port de Spanish et la baie Jackfish).

Rendement à ce jour

  • Des investissements importants ont été consacrés à la protection et à la restauration des principaux plans d'eau, notamment les Grands Lacs, le lac Winnipeg et le lac Simcoe, et des progrès sont réalisés dans ces zones en matière de réduction des charges en éléments nutritifs.
  • En 2011, le gouvernement du Canada a signé une entente sur 15 ans avec le gouvernement du Québec afin de poursuivre leur collaboration en vue de protéger et de restaurer la santé de l'écosystème du fleuve Saint-Laurent.
  • Par des modifications apportées en 2012 à l'Accord relatif à la qualité de l'eau dans les Grands Lacs, les gouvernements canadien et américain se sont dotés d'une vision commune axée sur une région des Grands Lacs saine et prospère dans laquelle l'eau offre des avantages aux générations actuelles et futures, grâce à une gestion, à une exploitation et à une utilisation récréative réfléchies.
  • En 2012, les gouvernements du Canada et de l'Alberta ont annoncé le plan conjoint de mise en œuvre Canada-Alberta de la surveillance des sables bitumineux, un programme de surveillance environnementale rigoureux sur le plan scientifique, exhaustif, intégré et transparent pour la région des sables bitumineux.
  • Le gouvernement du Canada a mis en place le Règlement sur les effluents des systèmes d'assainissement des eaux usées pour éliminer progressivement le rejet des eaux usées non traitées ou insuffisamment traitées dans les voies navigables. Cette mesure agit sur la source ponctuelle de pollution la plus importante.
  • Une réduction importante des déversements de pétrole provenant des navires a eu lieu grâce au programme national de surveillance aérienne couvrant toutes les eaux relevant de la compétence du Canada.
  • Entre 2006 et 2013, la gestion de la qualité de l'eau dans les collectivités des Premières nations s'est améliorée à la suite d'investissements considérables dans la gestion des installations de traitement des eaux et des eaux usées.
  • Depuis 2005, d'importants progrès ont été réalisés dans le traitement des eaux et du sol contaminés, et des déchets dangereux ont été éliminés dans 1 400 sites de l'ensemble du Canada.

Défis qui restent à relever

  • Les écosystèmes dans des secteurs tels que le lac Érié, le lac Winnipeg et le fleuve Saint-Laurent, restent soumis à un stress causé par les éléments nutritifs excédentaires et autres effets de l'activité humaine.
  • Davantage d'efforts et d'améliorations sont nécessaires afin de surveiller la qualité de l'eau potable dans les collectivités des Premières nations.
  • On compte 18 % de Canadiens qui dépendent encore du traitement des eaux usées primaires seulement.

Le Canada dispose d'un accès relativement grand à l'eau douce.

Entre 2001 et 2010, les conditions liées à la quantité d'eau des rivières du Canada étaient généralement normales.


A chaque anneée entre 2004 et 2009, l'industrie de la production d'énergie thermique a prélevé la plus grande quantité d'eau.

Toutefois, la plus grande partie de cette eau est réutilisée, puis est finalement déversée à la source.

Rendement à ce jour

  • Les investissements dans les technologies de l'eau dans l'ouest du Canada ont la possibilité de réduire de façon importante la quantité d'énergie et d'eau nécessaire pour récupérer du pétrole provenant de sables bitumineux, et aident à faire croître l'économie de l'Ouest canadien.
  • Des renseignements scientifiques et de l'information sont fournis à l'appui de la gestion durable des ressources en eau (eaux souterraines et eaux de surface).

Défis qui restent à relever

  • L'utilisation de l'eau au Canada reste élevée – en 2009, le Canadien moyen utilisait 274 litres d'eau par jour.
  • La croissance urbaine, l'agriculture, l'accroissement des activités industrielles et les tendances météorologiques changeantes augmentent la pression sur l'approvisionnement en eau dans certaines régions du Canada.

Date de modification :