Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Réduire les effets de l'agriculture sur l'environnement

Cible 3.6 : Qualité de l'eau douce – Atteindre une valeur comprise entre 81 et 100 sur chaque index de rendement agroenvironnemental sur la qualité de l'eau et du sol d'ici le 31 mars 2030.

En 2006, l'indice de performance agroenvironnementale de la qualité de l'eau a été évalué comme étant bon (78). Cependant, il a diminué (de 7 points) par rapport au niveau souhaité. L'indice de performance agroenvironnementale de la qualité du sol était de 77 (en 2006), ce qui est une amélioration comparativement à 2001 (3 points).

Le gouvernement entreprend des projets de recherche et fournit des renseignements sur les répercussions des activités agricoles sur l’environnement, y compris les effets des éléments nutritifs, des pesticides et de l’utilisation des ressources en eau.

La politique agricole Cultivons l'avenir du gouvernement, une initiative fédérale, provinciale et territoriale sur cinq ans, offre des programmes souples qui s'adaptent pour répondre aux besoins régionaux, tout en réalisant les mêmes objectifs nationaux. Cette politique modernise les processus de réglementation pour appuyer un secteur agricole concurrentiel et novateur, et offre des programmes et services simples et accessibles pour aider les fermes à évaluer les risques environnementaux prioritaires. Par exemple, chaque producteur doit mener à bien une évaluation complète des risques sur ses opérations avant d'obtenir un financement pour la mise en œuvre de pratiques de gestion bénéfiques (PGB).

Afin de déterminer l'incidence des activités réalisées en vertu des cadres stratégiques comme Cultivons l'avenir, le gouvernement du Canada a élaboré un ensemble d'indicateurs agroenvironnementaux et scientifiques qui intègrent les renseignements sur les sols, le climat et la topographie aux statistiques sur l'utilisation des terres et sur les pratiques de gestion des cultures et du bétail. La programmation définie par cette initiative permet de déterminer les répercussions obtenues dans le cadre de la mise en œuvre des PGB mentionnées ci-dessus.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les stratégies de mise en œuvre qui appuient cette cible, veuillez consulter les sites Web suivants : Agriculture et Agroalimentaire Canada, et Environnement Canada

Progrès réalisés en vue d'atteindre la cible 3.6 : Indices de performance agroenvironnementale de la qualité du sol et de l'eau.

En 2006, l'indice de performance agroenvironnementale de la qualité de l'eau a été évalué comme étant bon (78). Cependant, il a diminué (de 7 points) par rapport au niveau souhaité. L'indice de performance agroenvironnementale de la qualité du sol était de 77 (en 2006), ce qui est une amélioration comparativement à 2001 (3 points). Ces cotes du sol et de l'eau sont affichées dans la figure 3.8.

Pour obtenir les renseignements les plus récents sur cet indicateur, veuillez consulter le site Web des ICDE.

Figure 3.8 : Indices de performance agroenvironnementale de la qualité du sol et de l'eau au Canada, 1981-2006

Indices de performance agroenvironnementale de la qualité du sol et de l'eau au Canada, 1981-2006

Description longue

Le graphique montre l'évolution des indices de performance agroenvironnementale de la qualité du sol et de l'eau de 1981 à 2006. L'indice varie de 0 à 100 et les scores de l'indice sont classés en 5 catégories : « indésirable » (0 à 20), « médiocre » (21 à 40), « moyen » (41 à 60), « bon » (61 à 80) et « souhaitable » (81 à 100). L'objectif pour les indices de qualité du sol et de l'eau correspond à la catégorie « souhaitable ». L'indice de performance agroenvironnementale de la qualité du sol se situe dans la catégorie « bon » et augmente vers la catégorie « souhabitable ». L'indice de performance agroenvironnementale de la qualité de l'eau se situe dans la catégorie « bon » ce qui correspond à une baisse par rapport au niveai « souhaitable » observé antérieurement.

Ces cotes élevées de l'indice de performance agroenvironnementale signifient, dans l'ensemble, que les fermiers canadiens travaillent de façon à protéger l'environnement.

Le déclin de l'indice de performance agroenvironnementale de la qualité de l'eau à l'échelle nationale est dû à l'augmentation de l'application d'éléments nutritifs (azote et phosphore) comme engrais et de fumiers dans les exploitations. Dans les secteurs de précipitations plus abondantes, l'augmentation du débit des eaux dans le sol augmente les eaux de ruissellement provenant des terres où des pesticides et des engrais ont été appliqués et peuvent entraîner une détérioration de la qualité de l'eau dans les eaux réceptrices.

L'amélioration de l'indice de performance agroenvironnementale de la qualité du sol est due en grande partie à l'adoption de pratiques agricoles à labour réduit ou sans labour, en particulier dans les provinces de l'Ouest. Dans l'est du Canada, où des précipitations plus abondantes favorisent une production agricole plus intense et où les méthodes de labour sont plus conventionnelles que dans l'Ouest, les sols peuvent être plus touchés par les pratiques agricoles.


Date de modification :