Cette page Web a été archivée dans le Web

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

TAWEPI prend en charge les prévisions météorologiques de l’Arctique

Version expérimentale du modèle GEM-polaire, par des chercheurs TAWEPI | Photo: ECPour la plupart des Canadiens, vérifier les prévisions météorologiques est une nécessité quotidienne.

Que ce soit installer les pneus d’hiver ou emporter un parapluie, les Canadiens ont constamment recours à des rapports météorologiques précis lorsqu’ils se préparent à faire face aux conditions climatiques qui changent à tout moment.

Cependant, c'est un défi technologique beaucoup plus grand pour obtenir des prévisions précises dans Tuktoyaktuk, Territoires du nord-ouest, qu'il est à Toronto, Ontario. En même temps, acquérir la connaissance des prévisions arctiques devient de plus en plus important dans une époque caractérisée par les variations rapides de climat.

Jusque très à récemment, les communautés nordiques du Canada n'ont pas éprouvé le genre de prévision météorologique disponible dans les régions du sud plus peuplées du Canada.

C’était vrai, jusqu’à ce que TAWEPI soit instauré. Connue sous l’abréviation TAWEPI, est un projet dirigé par Environnement Canada dans le cadre de l’Année polaire internationale (API). L’initiative vise à améliorer les prévisions météorologiques dans l’Arctique.

Améliorer les prévisions météorologiques dans le nord du Canada

Un exemple de produits de prévisions météorologiques à l'aide du modèle GEM | Photo: ECL’éloignement des régions du nord du Canada a constitué un grand obstacle aux efforts d’amélioration des outils de prévisions météorologiques dans le Nord et aux tentatives de mise en œuvre des progrès réalisés actuellement partout ailleurs au pays dans le domaine des prévisions météorologiques.

À cause des retards de technologie, l’infrastructure et  les autres ressources a nui aux efforts déployés en vue d’établir des données météorologiques de référence pour la région. Ces données initiales sont essentielles pour l’élaboration et l’amélioration

Par exemple,  les prévisions qui sont faites 10 jours à l’avance commencent avec les scientifiques qui recueillent d’abord des données sur les quantités liées au climat telles que la température, la pression atmosphérique et les vents. Divers instruments, tels que les satellites, collectent des données météorologiques qui sont acheminées à un superordinateur. Un logiciel spécialisé utilise des formules de physique come un modèle prévisionnel du climat pour produire une prévision.

Dix jours plus tard, les experts évaluent l’exactitude de la prévision. Ils comparent la prévision produite 10 jours plus tôt avec le rapport des conditions réelles. Ils notent les différences, ils tirent des leçons et le système peut être amélioré en conséquence.

Ainsi, les modèles de prévisions météorologiques pour l’Arctique doivent d’abord avoir des données auxquelles se référer avant de pouvoir les améliorer.

TAWEPI alors entre en jeu.

Le fonctionnement de TAWEPI

TAWEPI combine les données météorologiques et les prévisions météorologiques pour l’Arctique de deux principales façons : grâce à la collaboration avec les partenaires nationaux et internationaux qui effectuent des recherches dans le Nord et par l’élaboration du modèle Polaire-GEM. GEM, une multiéchelle mondiale environnementale, est le nom du modèle prévisionnel utilisé par le Centre météorologique canadien (CMC) d’Environnement Canada.

La recherche conduit comme part de l’Année polaire internationale (API) a fait la lumière, comme jamais auparavant, sur les régimes climatologiques de l’Arctique.  Les nombreux projets de l’API présentement en cours sont la source d’une mine d’information. TAWEPI travaille de concert avec des experts du Canada et de l’étranger afin de partager l’information et de recueillir des données météorologiques utiles qui aideront à améliorer les systèmes de prévisions météorologiques de l’Arctique.

En collaboration avec le CMC, TAWEPI aide à élaborer la maquette logicielle Polaire­GEM afin d’améliorer les prévisions météorologiques dans l’Arctique. Ce modèle est un calque du modèle GEM actuellement utilisé par Environnement Canada pour les prévisions météorologiques régionales à court terme (jusqu’à 48 heures).

Les modèles prévisionnels météorologiques mondiaux fournissent des prévisions pour l’ensemble de la planète. Les modèles régionaux tels que le Polaire­GEM couvrent une plus petite superficie -- dans ce cas-ci, il comprend toute l’Amérique du Nord et s’étend vers le nord pour couvrir l’ensemble de l’Arctique. En se concentrant sur une superficie plus petite, ce modèle peut faire un zoom et donner un aperçu des détails de la région -- y compris, par exemple, des détails précis sur la topographie et les limites côtières -- fournissant ainsi une image à plus haute résolution du climat de l’Arctique.

En étendant ce modèle régional à haute résolution à l’Arctique, les experts de TAWEPI espèrent que des prévisions plus exactes du climat de l’Arctique peuvent être produites.

L’effet Arctique

Le perfectionnement des capacités de prévisions météorologiques et environnementales dans les régions polaires améliorera notre compréhension de l’influence de l’Arctique sur le climat mondial.

Les conditions climatiques mondiales ont des répercussions au Canada. Par exemple, bien que le phénomène mondial océano­atmosphérique El Niño prenne naissance au milieu de l’océan Pacifique, il a tout de même un effet sur la température et les précipitations en Amérique du Nord. Les scientifiques espèrent que TAWEPI montrera comment les tendances météorologiques dans l’Arctique affectent, à leur tour, le reste de la planète.

Et parce-que l’Arctique est particulièrement vulnérable aux changements climatiques, notre capacité à comprendre la relation entre les changements climatiques de l’Arctique et ceux du reste du monde jouera un rôle colossal dans l’approfondissement de nos connaissances scientifiques en matière de changements climatiques.

API 2008 : conclusion

Le thème du dernier jour de l’API en décembre est Au­dessus des pôles. Cette journée sera consacrée à la météorologie, à l’astronomie et à la science atmosphérique dans les régions polaires. Ce thème reflète les travaux accomplis par les scientifiques d’Environnement Canada et leurs collègues internationaux dans le cadre de la TAWEPI et leur intérêt à contribuer à l’amélioration des prévisions météorologiques dans ces régions.

L’Année polaire internationale 2007-2008 est un programme international d’envergure axé sur la recherche scientifique dans les régions polaires de la Terre. Il met en jeu des milliers de scientifiques de plus de 60 pays qui travaillent à plus de 200 projets sur une gamme de sujets tels que la recherche en physique, en biologie et en sociologie.

EnviroZine, Décember 2008

Logo d'EnviroZine

Date de modification :