Refuge d'oiseaux migrateurs des Îles-de-la-Paix

Importance du refuge d'oiseaux migrateurs | Accès et activités | Carte du refuge | Tableau sommaire | Coordonnées

PhotoQuelques îles du Refuge d'oiseaux migrateurs des Îles-de-la-Paix au printemps
Photo : © Environnement et Changement climatique Canada. Quelques îles du Refuge d'oiseaux migrateurs des Îles-de-la-Paix au printemps.

Le refuge d'oiseaux migrateurs (ROM) des Îles-de-la-Paix se situe au sud-ouest de l'île de Montréal dans un élargissement naturel du Saint-Laurent, le lac Saint-Louis. S'étalant sur quelques kilomètres à proximité d'une des plus importantes voies navigables en Amérique du Nord, ce refuge englobe la réserve nationale de faune (RNF) des Îles-de-la-Paix de même que les eaux dans un rayon de 500 mètres au pourtour de cet archipel, sauf exception.

Cette aire protégée, d'une superficie d'environ 1100 hectares, est formée majoritairement d'une dizaine d'îles basses dominées par des prairies hautes et des forêts inondées. Le centre de la plupart des îles étant bas par rapport aux rives, il forme une cuvette où s'établit une succession végétale variant de la plaine humide au marécage. Les rives nord des îles, légèrement inclinées et de texture glaiseuse parfois sablonneuse, sont plus affectées par les vagues et les crues printanières. En raison des niveaux d'eau élevés et des phénomènes d'érosion, les rives ont en effet connu un recul important. Des modifications sont survenues conséquemment dans la composition des habitats. Aujourd'hui, les prairies hautes et les forêts constituent les principaux habitats. Les îles sont ceinturées de marais, principalement du côté sud de l'archipel.

Les îles les plus à l'ouest se caractérisent par des boisés constitués majoritairement d'érables rouges et d'érables argentés où poussent également le phalaris roseau, la léersie faux-riz et la salicaire pourpre. La strate arbustive de ces îles se compose du céphalanthe occidental, du houx verticillé et du sumac vinaigrier. Les îles les plus à l'est sont surtout colonisées par des forêts soumises aux variations des niveaux d'eau. Dans les secteurs de faibles altitudes de ces îles se trouvent des herbaçaies composées d'espèces typiques de milieux aquatiques telles que le rubanier à gros fruits, la quenouille à feuilles larges et la sagittaire latifoliée. Les îles du côté sud de l'archipel sont soustraites à l'action des vents et des courants ce qui favorise la prolifération des plantes aquatiques flottantes comme la nymphéa tubéreuse, l'élodée du Canada, la vallisnérie américaine, l'hétéranthère litigieuse, la nitelle et la lenticule d'eau.

Ce refuge d'oiseaux migrateurs a été créé en 1972 dans le but principal de protéger la sauvagine présente dans ce secteur du tronçon fluvial.

Importance du refuge d'oiseaux migrateurs

Localisé dans une région urbaine où les rives sont très artificialisées, le ROM des Îles-de-la-Paix offre un havre naturel dont dépendent de nombreuses espèces de faune et de flore. Des inventaires fauniques effectués en 2004 par le Service canadien de la faune ont confirmé que le territoire accueille plus de 11 espèces de mammifères, quelque 130 espèces d'oiseaux, 3 espèces de reptiles et 5 espèces d'amphibiens. Dans les eaux environnantes, 41 espèces de poissons, 9 espèces de mulettes et des invertébrés de plus de 70 taxons ont été recensés. En périodes de migration, le refuge accueille près de 5 000 canards au printemps, alors que plus de 30 000 oiseaux comme le Fuligule milouinan, le Garrot à œil d'or et le Grand Harle y font escale en automne. En période estivale, de nombreuses espèces de sauvagine, telles que le Canards noir, colvert, pilet, chipeau et branchu, ainsi que la Sarcelle d'hiver et la Sarcelle à ailes bleues, utilisent les habitats du refuge comme site de nidification. Plusieurs autres espèces d'oiseaux nicheurs peuvent aussi être observées dans l'archipel, notamment l'Hirondelle bicolore, la Guifette noire, le Grèbe à bec bigarré, le Héron vert, le Bihoreau gris, la Gallinule d'Amérique, le Chevalier grivelé, le Grand-duc d'Amérique et le Troglodyte des marais.

Accès et activités

Les ROM ont pour objet la protection et la conservation des oiseaux migrateurs. Les activités qui pourraient nuire aux oiseaux migrateurs, à leurs nids ou à leurs œufs sont interdites.

Les ROM ont pu, et c'est encore le cas aujourd'hui, être créés sur des terres de propriété privée, provinciale, territoriale ou fédérale. Les conditions d'accès aux refuges varient d'un site à l'autre et sont établies par le propriétaire et le gestionnaire des terres.

Dans les ROM situés sur le territoire domanial fédéral, Environnement et Changement climatique Canada (EC) est responsable de la gestion et de la protection des oiseaux migrateurs, de leurs nids, de leurs œufs et de l'habitat. Dans les ROM situés sur le territoire domanial provincial, Environnement et Changement climatique Canada est responsable de la protection des oiseaux migrateurs et de leurs nids, tandis que le garde chasse en chef de la province est responsable de la gestion de l'habitat. Dans les ROM situés sur des terres de propriété privée ou municipale, Environnement et Changement climatique Canada est responsable de la protection des oiseaux migrateurs et de leurs nids et la gestion de l'habitat relève du propriétaire des terres.

Les interdictions générales relatives au Règlement sur les refuges d'oiseaux migrateurs s'appliquent au ROM des Îles-de-la-Paix : à moins de détenir un permis délivré par Environnement et Changement climatique Canada ou que la réglementation l'autorise spécifiquement, la chasse aux oiseaux migrateurs est interdite et nul ne peut déranger, détruire ou prendre leurs nids, et nul ne peut avoir en sa possession un oiseau migrateur vivant ou mort, ou le nid ou l'œuf d'un oiseau migrateur. La possession d'armes à feu ou d'engin de chasse est interdite et les chiens et les chats ne doivent pas être laissés en liberté.

Des interdictions ou des restrictions d'accès par le ou les propriétaires des terres incluses dans ce ROM peuvent également s'appliquer.

Pour obtenir plus d'information concernant l'accès, les activités interdites et les permis dans les ROM, consultez la page Gestion et activités de la section Refuges d'oiseaux migrateurs. De plus amples informations sur les aires protégées administrées par Environnement et Changement climatique Canada au Québec peuvent être obtenues en communiquant avec le bureau de la région.

Il est entendu que ce document ne porte pas atteinte à la protection des droits existants -- ancestraux ou issus de traités -- des peuples autochtones du Canada découlant de leur reconnaissance et de leur confirmation au titre de l'article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982.

Carte du refuge

Description longue pour la Carte

Carte indiquant l'emplacement du refuge d'oiseaux migrateurs des îles de la Paix par rapport au Québec, à Maple Grove, à Léry, à l'île Perrot, aux îles de la Paix et au fleuve Saint-Laurent ainsi qu'à la Réserve nationale de la faune des îles de la Paix. La carte indique les limites du refuge, qui renferme la Réserve nationale de la faune des îles de la Paix ainsi qu'une partie des eaux environnantes. L'échelle de la carte est en dixièmes de kilomètre.

Cette carte est à titre indicatif seulement et ne doit pas être utilisée pour définir les limites juridiques. Vous pouvez aussi utiliser Google Maps pour situer le refuge d'oiseaux migrateurs des Îles-de-la-Paix (en anglais seulement). Notez cependant que Google Maps est une source d'information complémentaire et ne remplace en aucun cas ni la carte ni le nom officiel du site.

Tableau sommaire

Tableau sommaire du Refuge d'oiseaux migrateurs des Îles-de-la-Paix
CatégorieInformation
Désignation de l'aire protégéeRefuge d'oiseaux migrateurs
Province ou territoireQuébec
Latitude/longitude45° 21' N 73° 50' O
Superficie en hectares (ha)1092 ha
Date de création (publication dans la Gazette du Canada)1972
Catégorie de gestion de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN)III - Monument ou élément naturel
Désignations supplémentaires
Type d'habitat principalForêts inondées et marais
Espèces clés d'oiseauxCanard colvert, Grèbe à bec bigarré et Hirondelle bicolore
Autres espèces

Oiseaux : Canard noir, Canard pilet, Sarcelle d'hiver, Sarcelle à ailes bleues, Guifette noire, Butor d'Amérique, Gallinule d'Amérique, Chevalier grivelé, Grand-duc d'Amérique, Troglodyte des marais et Grand Héron

Plantes : phalaris roseau et rubanier à gros fruits

Amphibiens et reptiles : tortue peinte, grenouille léopard et rainette crucifère

Espèces inscrites sous la Loi sur les espèces en péril (LEP)Aucune
Organisme de gestionService canadien de la faune, Région du Québec

Coordonnées

Environnement et Changement climatique Canada - région du Québec
Service canadien de la faune
Unité des Aires protégées
801-1550, avenue d'Estimauville
Québec (Québec) G1J 0C3
Sans frais : 1-800-668-6767 (au Canada seulement)
Courriel : ec.enviroinfo.ec@canada.ca
Date de modification :