Refuge d'oiseaux migrateurs de l'île Bylot

Importance du refuge d'oiseaux migrateurs | Accès et activités | Carte du refuge | Tableau sommaire | Coordonnées

Paysage de la vallée Qarlikturvik, refuge d'oiseaux migrateurs de l'île Bylot
Photo : Josée Lefebvre © Environnement et Changement climatique Canada. Paysage de la vallée Qarlikturvik, refuge d'oiseaux migrateurs de l'île Bylot.

Le refuge d'oiseaux migrateurs (ROM) de l'île Bylot est situé au large de l'île de Baffin, au Nunavut. Ses rives sont délimitées par le détroit de Lancaster au nord, de la baie de Baffin à l'est, de Pond Inlet et du détroit d'Éclipse au sud et de Navy Board Inlet à l'ouest. Créé en 1965, le ROM renferme l'île entière et ses eaux marines adjacentes s'étendant en deçà de 3,2 km du littoral.

L'île Bylot abrite une faune riche, une grande diversité d'habitats et un paysage spectaculaire. Par conséquent, la majorité de la portion terrestre s'est intégrée au parc national Sirmilik, qui a été établi en 2001. L'île est dotée de montagnes, de champs de neige et de glace, de glaciers et de pingos, qui sont un phénomène rare dans le monde. L'avifaune est particulièrement diverse sur l'île en raison de ses aires de nidification idéales pour les oiseaux marins, qui se rassemblent surtout sur les falaises abruptes du cap Hay, à l'extrémité nord-ouest, et du cap Graham Moore, au coin sud-est de l'île. Parmi d'autres espèces d'oiseaux, on retrouve les oiseaux chanteurs, les échassiers, et en particulier les Oies des neiges, qui se rassemblent dans les basses terres de la toundra dans le secteur sud-ouest de l'île.

Importance du refuge d'oiseaux migrateurs

ROM abrite soixante et onze espèces d'oiseaux, y compris un minimum de 35 espèces reproductrices et six résidents permanents. Une telle diversité à cette latitude peut être attribuée à plusieurs facteurs. La juxtaposition d'habitats marins et terrestres est un facteur principal, car la polynie et le chenal de séparation qui se forme annuellement à la jonction du détroit de Lancaster et de la baie de Baffin procure des aires d'alimentation à des dizaines de milliers d'oiseaux marins, dont les guillemots et les mouettes tridactyles. Les oiseaux marins représentent 37 % des espèces d'oiseaux, alors que les oiseaux de rivage, la sauvagine et les passereaux (oiseaux chanteurs) constituent la quasi-totalité des autres espèces présentes. De plus, l'île Bylot abrite des espèces du Haut-Arctique et du Bas-Arctique. L'Alouette hausse-col, la Mouette de Sabine et le Pluvier bronzé appartiennent au groupe du Bas-Arctique, alors que le Pluvier argenté, le Tournepierre à collier et le Bécasseau à croupion blanc font partie de la population du Haut-Arctique.

Créé en vue de protéger les aires de nidifications des Guillemots de Brünnich, des Mouettes tridactyles et des Grandes Oies des neiges, le ROM abrite des concentrations exceptionnelles de Mouettes tridactyles et de guillemots -- plus de 10 % et de 25 % de la population canadienne de Guillemots de Brünnich et de Mouettes tridactyles, respectivement -- qui partagent les falaises de l'île. Ceci représente un regroupement de plus de 300 000 guillemots et de 50 000 mouettes tridactyles qui se retrouvent dans un seul lieu chaque printemps afin de se reproduire (ils passent le reste de l'année en mer). De plus, à la fin de l'été, environ 15 % de la population entière de Grandes Oies des neiges, la plus grande colonie connue (environ 100 000 individus) peuvent être observés dans les basses terres de la partie sud-ouest de l'île Bylot. Au printemps et à l'automne, ces oies séjournent dans le sud du Québec pour quelques semaines pendant la migration.

En outre, au moins trois espèces de l'Ancien Monde séjournent ou nichent sur l'île Bylot, notamment la maubèche, le Pluvier grand-gravelot et le Traquet motteux. Depuis leurs aires d'hivernage en Europe, en Asie et en Afrique, ils volent vers le Nord canadien en passant par le Groenland et l'Islande. Par ailleurs, les espèces du Bas-Arctique et du Haut-Arctique se reproduisent également sur l'île. Les Grues du Canada et les Bécasseaux à poitrine centrée, de la variété du Bas-Arctique, peuvent nicher à proximité des Tournepierres à collier et des Bécasseaux à croupion blanc, provenant généralement de la population du Haut-Arctique.

Vingt et une espèces de mammifères marins et terrestres ont été observées dans le ROM et aux environs en raison de la proximité de l'île Bylot du détroit de Lancaster, qui est une voie de migration principale et une aire de retraite estivale pour les mammifères marins. Parmi ceux-ci, on retrouve cinq espèces de phoques, quatre espèces de baleines, et de nombreux ours blancs, qui utilisent l'île comme retraite en été. Parmi d'autres espèces communes, on compte le renard arctique, le lemming variable et le lièvre arctique.

Accès et activités

Les ROM ont pour objectif la protection et la conservation des oiseaux migrateurs. Les activités pouvant nuire aux oiseaux migrateurs, à leurs nids ou à leurs œufs sont interdites.

Les ROM peuvent être, et ont été créés sur des terres de propriété privée, provinciale, territoriale et fédérale. L'accès à chacun des ROM varie selon le site et est laissé à la discrétion du propriétaire et du gestionnaire des terres.

Dans les ROM situés sur le territoire publique fédéral, Environnement et Changement climatique Canada est responsable de la gestion et de la protection des oiseaux migrateurs, de leurs nids, de leurs œufs et de l'habitat. Dans les ROM situés sur le territoire publique provincial, Environnement et Changement climatique Canada est responsable de la protection des oiseaux migrateurs et de leurs nids, tandis que le garde-chasse en chef de la province est responsable de la gestion de l'habitat. Dans les ROM situés sur des terres de propriété privée ou municipale, Environnement et Changement climatique Canada est responsable de la protection des oiseaux migrateurs et de leurs nids. La gestion de l'habitat relève du propriétaire des terres.

L'accès au Refuge d'oiseaux migrateurs de l'île Bylot peut être autorisé en vertu de la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs et du Règlement sur les refuges d'oiseaux migrateurs . Toutefois, en vertu de l' Accord sur les revendications territoriales du Nunavut et de l'Entente sur les répercussions et les avantages pour les Inuits pour les réserves nationales de faune et de refuges d'oiseaux migrateurs dans la région du Nunavut, seuls les bénéficiaires du Nunavut ont le droit d'accès aux fins de prises de subsistance et n'ont pas besoin d'un permis pour mener ce genre d'activité.

Pour tout autre utilisateur, les interdictions générales en vertu du Règlement sur les refuges d'oiseaux migrateurs s'appliquent au ROM de l'île Bylot : la chasse aux oiseaux migrateurs est interdite, et nul ne doit déranger, détruire ou enlever le nid d'un oiseau migrateur, ni avoir en sa possession un oiseau migrateur vivant, une carcasse, une peau, un nid ou un œuf d'un oiseau migrateur, à moins de détenir un permis délivré par Environnement et Changement climatique Canada ou d'être autorisé par le Règlement. La possession d'armes à feu ou d'autres instruments de chasse est interdite. Toute personne souhaitant avoir accès au ROM de l'île Bylot est priée d'obtenir un permis.

De plus, depuis l'établissement du Parc national de Sirmilik, une grande partie du ROM de l'île Bylot est intégrée au parc national. L'Agence Parcs Canada et le Service canadien de la faune ont des responsabilités partagées concernant la partie du ROM qui est régi par la Loi sur les parcs nationaux du Canada et ses règlements.

Pour obtenir plus d'information concernant l'accès, les activités et les permis dans les ROM, veuillez consulter la page Gestion et activités de la section Refuges d'oiseaux migrateurs du site Web. Pour obtenir plus d'information sur les aires protégées administrées par Environnement et Changement climatique Canada, veuillez communiquer avec le bureau régional.

Il est entendu que rien dans ce document ne doit être interprété de façon à porter atteinte à la protection des droits existants -- ancestraux ou issus de traités -- des peuples autochtones du Canada découlant de leur reconnaissance et de leur confirmation au titre de l'article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982.

Carte du refuge

Description longue pour la Carte

Carte indiquant l'emplacement du refuge d'oiseaux migrateurs de l'île Bylot par rapport au Nunavut, l'île de Baffin, à la péninsule de Borden, à l'île Bylot, à la baie de Baffin et au détroit d'Éclipse. La carte indique les limites du refuge, qui renferme l'île Bylot ainsi qu'une partie des eaux avoisinantes le long du littoral. L'échelle de la carte est en kilomètres.

La présente carte est à titre indicatif seulement et ne devrait pas servir à déterminer les limites juridiques. Vous pouvez aussi utiliser Google Maps pour situer le ROM de l'île Bylot. Veuillez noter que Google Maps constitue une source d'information complémentaire et ne représente ni la carte ni le nom officiel du site.

Tableau sommaire

Tableau sommaire du refuge d'oiseaux migrateurs de l'île Bylot
CatégorieInformation
Désignation de l'aire protégéeRefuge d'oiseaux migrateurs
Province ou territoireNunavut
Latitude/longitude73°13' N, 78°34' O
Superficie en hectares (ha)1 282 731 ha (renferme une partie marine de 176 515 ha autour de l'île)
Date de création (publication dans la lang="en">Gazette du Canada)1965
Catégorie de gestion de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN)II - Parc national
Désignations supplémentairesZone importante pour la conservation des oiseaux du cap Hay
Zone importante pour la conservation des oiseaux de la partie sud-ouest de l'île Bylot
Zone importante pour la conservation des oiseaux du cap Graham Moore
Parc national Sirmilik
Type d'habitat principalEau libre (14 %), montagnes (69 %, y compris une grande partie couverte par la calotte glaciaire), falaises de calcaires (1 %), basses terres toundratiques humides (16 %)
Principales espèces d'oiseauxGuillemots de Brünnich, Mouette tridactyle, Grande Oie des neiges
Autres espècesOiseaux : Guillemot à miroir, Goéland bourgmestre, Fulmar boréal, Mouette de Sabine, Pluvier bronzé, Sterne arctique, Pluvier argenté, Grand corbeau, Pluvier grand gravelot, Alouette hausse-col, Pluvier doré d'Amérique, Labbe à longue queue, Traquet motteux, Bécasseau à poitrine cendrée, Faucon pèlerin, Bécasseau maubèche, Lagopède alpin, Tournepierre à collier, Plectrophane des neiges, Harfang des neiges, Bécasseau à croupion blanc, Eider à duvet, Harelde kakawi, Plongeon catmarin, Grue du Canada
Marin : Phoque barbu, Phoque annelé, Phoque du Groenland, Phoque à capuchon, Phoque commun, Béluga, Épaulard, Narval, Baleine boréale
Terrestre : Caribou, Lemming variable, Renard arctique, Lièvre d'Arctique, Ours blanc
Espèces inscrites sous la Loi sur les espèces en péril (LEP)Faucon pèlerin, Bécasseau maubèche et Baleine boréale (population de l'Arctique de l'Est)
Organisme de gestionService canadien de la faune, Région des Prairies et du Nord en collaboration avec le Comité de cogestion d'Asungasungaaq de la région de Pond Inlet
Propriétaires fonciersTerres de la Couronne et terres inuit

Coordonnées

Environnement et Changement climatique Canada - Région des Prairies et du Nord
Service canadien de la faune
Aires protégées et unité d'intendance
Unité arctique orientale
C.P. 1714
Iqaluit (Nunavut) X0A 0H0
Sans frais : 1-800-668-6767 (au Canada seulement)
Courriel : ec.enviroinfo.ec@canada.ca
Date de modification :