Refuge d'oiseaux migrateurs de l'île Akimiski

Importance du refuge d'oiseaux migrateurs | Accès et activités | Carte du refuge | Tableau sommaire | Coordonnées

Photo de Petites Oies des neiges
Photo : © Credence Wood. Petites Oies des neiges.

Le refuge d'oiseaux migrateurs (ROM) de l'île Akimiski est situé à proximité de la côte ouest de la baie James. La communauté la plus près est Attawapiskat en Ontario, qui se trouve à environ 80 km à l'ouest du ROM. Akimiski est la plus grande île de la baie James. Comme toutes les îles de la baie James et de la baie d'Hudson, Akimiski fait partie du Nunavut. Le ROM englobe environ deux tiers de la portion d'île terrestre ainsi qu'une portion marine qui s'étend à 10 km au large de la côte de la baie James. L'île est composée d'une rive sud abrupte, d'une rive nord légèrement pentue ainsi que de grandes étendues de vasières et un marais côtier. Ces vasières fertiles, composées de peuplements denses d'herbe et de carex, se rétrécissent le long de la rive nord-est où les saules bordent le marais de carex. Des tourbières à carex dotées de nombreux hummocks ou de palses s'étendent de la rive nord vers l'intérieur de l'île. Le muskeg se forme en haut de la berge sud et remonte vers le nord jusqu'aux marais de carex. La partie sud-est de l'île près du cap Duncan se caractérise par des basses terres de carex et des bassins ouverts. Plusieurs petites îles se trouvent au large du cap Duncan. Dans cette section, les eaux côtières contiennent des lits de zostères. Les marais côtiers, qui sont intercalés de cordons littoraux, de vastes vasières et de lits de zostères, font que le ROM attire les oiseaux migrateurs durant la migration printanière et automnale de même que durant la saison de reproduction.

Importance du refuge d'oiseaux migrateurs

Par le passé, jusqu'à 250 000 Petites Oies des neiges et plusieurs milliers de Bernaches de Hutchins nichant sur l'île de Baffin ont utilisé le ROM durant la migration printanière et automnale. Plus récemment, moins de 20 000 Petites Oies des neiges ont été répertoriées au printemps. Environ 1 000 à 2 000 couples de Petites Oies des neiges nichent dans le marais côtier et dans la lisière de carex-saule en bordure du pré de carex qui longe la côte nord et s'étend vers l'ouest des limites du ROM. Les Bernaches du Canada de la population du sud de la baie James nichent dans l'île entière. La majorité de celles-ci se rassemblent dans les marais côtiers près de la lisière de saules, mais aussi sur les hummocks glacés et sur les îles d'épinettes dans les tourbières basses à carex. Ces habitats de prairies basses et de carex représentent d'importantes aires d'élevage pour les oisons. Parmi d'autres espèces de sauvagine qui utilisent le refuge pour la nidification, la mue et/ou comme halte migratoire, on retrouve les Canards noir, colvert et pilet, la Sarcelle d'hiver, le Fuligule à collier, la Macreuse à bec jaune et le Harle huppé. Les Bernaches cravants de l'Atlantique y sont également présentes en abondance chaque printemps, leur nombre étant estimé à environ 10 000.

L'Eider à duvet, le Goéland argenté et la Sterne arctique nichent dans les petites îles près du cap Duncan. Un grand nombre de Macreuses à bec jaune (environ 20 000 à 30 000) se rassemblent au large des côtes nord-est et sud-ouest de l'île pour la mue du plumage des ailes à la fin de l'été. Bien que les côtes nord-ouest et nord de l'île (qui ne font pas partie du ROM) sont considérées comme les zones les plus importantes pour les oiseaux de rivage, de grandes concentrations de plus de 20 espèces d'oiseaux de rivage migrateurs utilisent également le ROM et d'autres zones côtières de l'île. Les Bécasseaux semipalmés et à croupion blanc figurent parmi les plus abondants des migrateurs. Un petit nombre de Barges marbrées nichent le long de la côte nord et un nombre moins important nichent dans les prés de carex dans la partie intérieure de l'île; ces espèces font partie d'une population isolée de la baie James qui nichent ici, car les autres aires de nidification les plus proches se trouvent dans les prairies. Les Pluviers semipalmés nichent également sur la rive sud de l'île.

Accès et activités

Les ROM ont pour objectif la protection et la conservation des oiseaux migrateurs. Les activités pouvant nuire aux oiseaux migrateurs, à leurs nids ou à leurs œufs sont interdites.

Les ROM peuvent être, et ont été créés sur des terres de propriété privée, provinciale, territoriale et fédérale. L'accès à chacun des ROM varie selon le site et est laissé à la discrétion du propriétaire et du gestionnaire des terres.

Dans les ROM situés sur le territoire publique fédéral, Environnement et Changement climatique Canada est responsable de la gestion et de la protection des oiseaux migrateurs, de leurs nids, de leurs œufs et de l'habitat. Dans les ROM situés sur le territoire publique provincial, Environnement et Changement climatique Canada est responsable de la protection des oiseaux migrateurs et de leurs nids, tandis que le garde-chasse en chef de la province est responsable de la gestion de l'habitat. Dans les ROM situés sur des terres de propriété privée ou municipale, Environnement et Changement climatique Canada est responsable de la protection des oiseaux migrateurs et de leurs nids. La gestion de l'habitat relève du propriétaire des terres.

Les interdictions générales en vertu du Règlement sur les oiseaux migrateurs s'appliquent au ROM de l'île Akimiski : la chasse aux oiseaux migrateurs est interdite, et nul ne doit déranger, détruire ou enlever le nid d'un oiseau migrateur, ni avoir en sa possession un oiseau migrateur vivant, une carcasse, une peau, un nid ou un œuf d'un oiseau migrateur, à moins de détenir un permis délivré par Environnement et Changement climatique Canada ou d'être autorisé par le Règlement. La possession d'armes à feu ou d'autres instruments de chasse est interdite. Il est interdit de permettre aux chiens et aux chats de courir en liberté

Pour obtenir plus d'information concernant l'accès, les activités et les permis dans les ROM, veuillez consulter la page Gestion et activités de la section Refuges d'oiseaux migrateurs du site Web. Pour obtenir plus d'information sur les aires protégées administrées par Environnement et Changement climatique Canada, veuillez communiquer avec le bureau régional.

Il est entendu que rien dans ce document ne doit être interprété de façon à porter atteinte à la protection des droits existants -- ancestraux ou issus de traités -- des peuples autochtones du Canada découlant de leur reconnaissance et de leur confirmation au titre de l'article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982.

Carte du refuge

Description longue pour la Carte

Carte indiquant l'emplacement du refuge d'oiseaux migrateurs de l'île Akimiski par rapport au Nunavut, à l'île Akimiski et à la baie James. La carte indique les limites du refuge, qui renferme une partie de l'île Akimiski et les eaux avoisinantes de la baie James. L'échelle de la carte est en kilomètres.

La présente carte est à titre indicatif seulement et ne devrait pas servir à déterminer les limites juridiques. Vous pouvez aussi utiliser Google Maps pour situer le ROM de l'île Akimiski. Veuillez noter que Google Maps constitue une source d'information complémentaire et ne représente ni la carte ni le nom officiel du site.

Tableau sommaire

Tableau sommaire du refuge d'oiseaux migrateurs de l'île Akimiski
CatégorieInformation
Désignation de l'aire protégéeRefuge d'oiseaux migrateurs
Province ou territoireNunavut
Latitude/longitude53°02' N, 81°15' O
Superficie en hectares (ha)353 421 ha (y compris une portion marine de 147 232 ha)
Date de création (publication dans la Gazette du Canada)1941
Catégorie de gestion de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN)Ib - Aire de nature sauvage
Désignations supplémentairesZone importante pour la conservation des oiseaux de l'île Akimiski
Type d'habitat principalVasières intertidales et eau libre (40 %), pré de carex, muskeg, forêt d'épinette
Principales espèces d'oiseauxCanard noir, Sterne arctique, Macreuse à bec jaune, Bernache cravant de l'Atlantique, Bernache du Canada, Sarcelle d'hiver, Goéland argenté, Petite Oie des neiges, Canard colvert, Barge marbrée, Canard pilet, Harle huppé, Fuligule à collier, Pluvier semipalmé, Bécasseau semipalmé, Bécasseau à croupion blanc, Macreuse brune, Bernache de Hutchins et Eider à duvet
Autres espècesAucune
Espèces inscrites sous la Loi sur les espèces en péril (LEP)Mammifères : Les Ours blancs et les bélugas utilisent probablement la portion marine du ROM.
Organisme de gestionService canadien de la faune, région des Prairies et du Nord
Propriétaires fonciersTerres de la couronne

Coordonnées

Environnement et Changement climatique Canada - Région des Prairies et du Nord
Service canadien de la faune
Aires protégées et unité d'intendance
Unité arctique orientale
C.P. 1714
Iqaluit (Nunavut) X0A 0H0
Sans frais : 1-800-668-6767 (au Canada seulement)
Courriel : ec.enviroinfo.ec@canada.ca
Date de modification :