Refuge d'oiseaux migrateurs de l'île Seymour

Importance du refuge d'oiseaux migrateurs | Accès et activités | Carte du refuge | Tableau sommaire | Coordonnées

Mouettes blanches nichant au ROM de l'île Seymour
Photo : © Mark Mallory. Mouettes blanches nichant au Refuge d'oiseaux migrateurs de l'île Seymour.

Créé en 1975, le refuge d'oiseaux migrateurs (ROM) de l'île Seymour est situé à 30 km au nord de l'île Bathurst dans l'archipel de Berkeley dans la région de Qikiqtaaluk, au Nunavut. Bien que le ROM renferme l'île, la majeure partie du refuge est composée d'habitat marin, dont les limites s'étendent à 3,2 km de la ligne des hautes eaux . Les polynies qui se forment dans le détroit de Penny, situé à proximité, permettent à la faune d'accéder à des aires d'alimentation et de reproduction dans les eaux libres de l'île Seymour; toutefois, l'île demeure emprisonnée par la glace pour la majeure partie de l'année.

L'île Seymour, une sorte de très petit récif qui se projette dans la banquise de l'archipel de Berkley, est moins de 3 km de long et atteint une élévation maximale de 28 km au-dessus du niveau de la mer. Cette île principalement constituée de terres stériles comprend une série de plages de galets surélevées recouvertes de roches fracturées ou situées près de celles-ci. La végétation éparse, composée principalement de lichens et de mousses, couvre moins de 1 % de l'île. Seulement neuf espèces de plantes vasculaires y ont été répertoriées. Plusieurs étangs d'eau douce se forment dans la partie sud-ouest de l'île. En hiver, des crêtes de glace élevées se forment sur les côtes nord et sud ainsi que sur certaines parties de la côte ouest.

Importance du refuge d'oiseaux migrateurs

Le ROM du lac Seymour abrite la plus importante colonie de Mouettes blanches connue au Canada (150 couples nicheurs en 1976; en moyenne < 50 couples par année depuis 2002), espèce en péril inscrite sous la Loi sur les espèces en péril. Cela signifie que jusqu'à 20 % de la population nicheuse connue se retrouvent dans l'Arctique canadien. En 2011, des chercheurs ont déterminé que les Mouettes blanches nichant sur l'île Seymour peuvent parfois nicher sur l'île Devon au nord-ouest, ce qui porte à croire qu'elles partagent leur temps entre ces deux îles, possiblement en raison de la prédation ou des conditions annuelles. D'autres plus petites colonies se retrouvent le long des côtes des îles Devon et Ellesmere. Les mouettes sont présentes sur l'île Seymour entre la fin mai et le mois de septembre et nichent en groupes sur les plages surélevées où les roches fracturées servent à protéger les jeunes oiseaux duveteux du vent et des prédateurs. Les baies protégées et les étangs d'eau douce sur l'île servent d'aires d'alimentation. Les colonies se trouvent normalement dans des endroits isolés par la glace que peu d'autres espèces animales habitent. Les populations locales et le succès de la reproduction peuvent varier considérablement d'année en année. Les Mouettes blanches peuvent parfois réagir négativement à la perturbation humaine en abandonnant leurs nids ou en détruisant leurs œufs et leurs petits.

Plus de 30 autres espèces d'oiseaux ont été observées sur l'île. Parmi les autres oiseaux nicheurs répertoriés, on compte le Goéland bourgmestre, le Plectrophane des neiges, l'Eider à tête grise et la Bernache cravant de l'Atlantique. Les Bernaches cravants et les Mouettes blanches nicheuses travaillent souvent ensemble pour éloigner les prédateurs. Parmi les prédateurs, on retrouve le renard arctique, l'ours blanc, la Labbe à longue queue, le Harfang des neiges et le Goéland de Thayer.

Des signes indiquant la présence de trois mammifères transitoires, dont l'ours blanc, le renard arctique et le caribou de Peary, ont été observés sur l'île Seymour. Des lemmings variables y sont également présents, mais leur nombre varie grandement d'année en année. La présence d'ours et de renards peut perturber complètement les activités de reproduction chez la Mouette blanche, la prédation ayant été associée à la fluctuation du succès de la reproduction.

Accès et activités

Les ROM ont pour objectif la protection et la conservation des oiseaux migrateurs. Les activités pouvant nuire aux oiseaux migrateurs, à leurs nids ou à leurs œufs sont interdites.

Les ROM peuvent être, et ont été créés sur des terres de propriété privée, provinciale, territoriale et fédérale. L'accès à chacun des ROM varie selon le site et est laissé à la discrétion du propriétaire et du gestionnaire des terres.

Dans les ROM situés sur le territoire public fédéral, Environnement et Changement climatique Canada est responsable de la gestion et de la protection des oiseaux migrateurs, de leurs nids, de leurs œufs et de l'habitat. Dans les ROM situés sur le territoire public provincial, Environnement et Changement climatique Canada est responsable de la protection des oiseaux migrateurs et de leurs nids, tandis que le garde-chasse en chef de la province est responsable de la gestion de l'habitat. Dans les ROM situés sur des terres de propriété privée ou municipale, Environnement et Changement climatique Canada est responsable de la protection des oiseaux migrateurs et de leurs nids. La gestion de l'habitat relève du propriétaire des terres.

L'accès au Refuge d'oiseaux de l'île Seymour peut être autorisé en vertu de la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs et du Règlement sur les refuges d'oiseaux migrateurs. Toutefois, en vertu de l'Accord sur les revendications territoriales du Nunavut et de l'Entente sur les répercussions et les avantages pour les Inuits pour les réserves nationales de faune et de refuges d'oiseaux migrateurs dans la région du Nunavut, seuls les bénéficiaires du Nunavut ont le droit d'accès aux fins de prises de subsistance et n'ont pas besoin d'un permis pour mener ce genre d'activité.

Pour tout autre utilisateur, les interdictions générales en vertu du Règlement sur les refuges d'oiseaux migrateurs s'appliquent au ROM de l'île Seymour : la chasse aux oiseaux est interdite, et nul ne doit déranger, détruire ou enlever le nid d'un oiseau migrateur, ni avoir en sa possession un oiseau migrateur vivant, une carcasse, une peau, un nid ou un œuf d'un oiseau migrateur, à moins de détenir un permis délivré par Environnement et Changement climatique Canada ou d'être autorisé par le Règlement. La possession d'armes à feu ou d'autres instruments de chasse est interdite. Toute personne souhaitant avoir accès au ROM de l'île Seymour est priée d'obtenir un permis.

Pour obtenir plus d'information concernant l'accès, les activités et les permis dans les ROM, veuillez consulter la page Gestion et activités de la section Refuges d'oiseaux migrateurs du site Web. Pour obtenir plus d'information sur les aires protégées administrées par Environnement et Changement climatique Canada, veuillez communiquer avec le bureau régional.

Il est entendu que rien dans ce document ne doit être interprété de façon à porter atteinte à la protection des droits existants -- ancestraux ou issus de traités -- des peuples autochtones du Canada découlant de leur reconnaissance et de leur confirmation au titre de l'article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982.

Carte du refuge

Description longue pour la Carte

Carte indiquant l'emplacement du refuge d'oiseaux migrateurs de l'île Seymour par rapport au Nunavut, à l'île Bathurst, à l'île Helena, l'île Sherard Osborn, à l'île Cameron, à l'île Seymour, au détroit de Sir William Parker, au bras May et au bras Erskine. La carte indique les limites du refuge, qui renferme l'île Seymour et une partie des eaux environnantes.

La présente carte est à titre indicatif seulement et ne devrait pas servir à déterminer les limites juridiques. Vous pouvez aussi utiliser Google Maps pour situer le ROM de l'île Seymour. Veuillez noter que Google Maps constitue une source d'information complémentaire et ne représente ni la carte ni le nom officiel du site.

Tableau sommaire

Tableau sommaire du refuge d'oiseaux migrateurs de l'île Seymour
CatégorieInformation
Désignation de l'aire protégéeRefuge d'oiseaux migrateurs
Province ou territoireNunavut
Latitude/longitude76°48' N, 101°16' O
Superficie en hectares (ha)5302 ha (superficie de l'île) : 172 ha d'habitat terrestre et 5130 ha d'habitat marin
Date de création (publication dans la Gazette du Canada)1975
Catégorie de gestion de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN)Ia - Réserve naturelle intégrale
Désignations supplémentaires
Type d'habitat principalEau libre (95 %), plages de galets, roches fracturées, étangs d'eau douce
Principales espèces d'oiseauxMouette blanche
Autres espèces

Oiseaux : Goéland bourgmestre, Plectrophane des neiges, Eider à tête grise, Bernache cravant de l'Atlantique Labbe à longue queue, Harfang des neiges et Goéland de Thayer

Mammifères : Renard arctique, Ours blanc, Caribou de Peary et Lemming

Espèces inscrites sous la Loi sur les espèces en péril (LEP)Mouette blanche et Ours blanc
Organisme de gestionService canadien de la faune, région des Prairies et du Nord en collaboration avec le Comité de cogestion de Resolute à Resolute Bay.
Propriétaires fonciersTerres de la couronne

Coordonnées

Environnement et Changement climatique Canada - Région des Prairies et du Nord
Service canadien de la faune
Aires protégées et unité d'intendance
Unité arctique orientale
C.P. 1714
Iqaluit (Nunavut) X0A 0H0
Sans frais : 1-800-668-6767 (au Canada seulement)
Courriel : ec.enviroinfo.ec@canada.ca
Date de modification :