Les îles Scott : réserve nationale de faune proposée en milieu marin

Scott Island and some surrounding waterPhoto : Greg Jones © Environenment et Changement climatique Canada. Les îles Scott.

Le gouvernement du Canada s’est engagé à désigner la zone marine qui entoure les îles Scott comme étant une zone marine protégée en vertu la Loi sur les espèces sauvages du Canada.

Description

Ensemble, les îles Scott et les eaux environnantes constituent l’un des écosystèmes marins les plus productifs et les plus diversifiés sur le plan biologique, particulièrement en ce qui concerne les oiseaux marins, sur la côte canadienne du Pacifique. Les îles Scott accueillent la plus forte concentration d’oiseaux marins de la côte canadienne du Pacifique et elles sont le site de recherche le plus intensif sur les oiseaux marins. Cette région est reconnue mondialement comme une zone importante pour la conservation des oiseaux. Chaque année, elle est l’hôte de plus d’un million d’oiseaux marins nicheurs et offre d’importants habitats écologiques de reproduction et de nidification pour 40 % des oiseaux marins de C. B., y compris pour 90 % des Macareux huppés du Canada, 95 % des Guillemots marmettes de la côte canadienne du Pacifique, 50 % des Stariques de Cassin de la planète, et 7 % de la population mondiale des Macareux rhinocéros.

Les eaux de l’océan fournissent un site de recherche de nourriture indispensable pour les oiseaux qui font leur nid sur les îles. Chaque année, les eaux attirent de cinq à dix millions d’oiseaux migrateurs qui peuvent voyager de grandes distances au dessus du Pacifique pour se nourrir de l’abondante quantité de petits poissons et de zooplancton dans la région. Plusieurs de ces espèces, comme l’Albatros à pieds noirs (quasi menacé) et le Puffin fuligineux (quasi menacé), ont été désignées espèces en péril à l’échelle mondiale par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). L’Albatros à queue courte (menacé) et le Puffin à pieds roses sont d’autres oiseaux de la région listés dans la Loi sur les espèces en péril du Canada. Le Guillemot marbré (menacé) et le Guillemot à cou blanc (préoccupant), qui nichent ailleurs en Colombie-Britannique, peuvent aussi être présents dans ces eaux.

Outre son importance pour les oiseaux marins, la zone marine aux alentours des îles Scott a également été désignée comme étant une aire importante sur le plan écologique et biologique par Pêches et Océans Canada en raison de la haute productivité marine et de la diversité de mammifères marins et d’espèces de poisson présentes. Elle renferme également d’importants habitats pour plusieurs espèces de mammifères marins en péril.

Les limites recommandées tiennent compte du fait que d’autres aires importantes pour les oiseaux marins et pour d’autres espèces marines peuvent être protégées dans le cadre de la planification du réseau d’aires marines protégées (AMP) dans la région. Les limites renferment l’habitat nécessaire pour atteindre l’objectif de conservation de la proposition de réserve nationale de faune en milieu marin et représentent un équilibre entre les valeurs de conservation, les valeurs sociales, les valeurs culturelles et les valeurs économiques de la région. Les aires prioritaires prises en considération dans la proposition de réserve nationale de faune en milieu marin sont les aires utilisées par les oiseaux marins qui se reproduisent sur les îles Scott (déterminées au cours de 20 années d’observations en mer), les aires utilisées par les espèces d’une grande importance sur le plan de la conservation, et les aires connues d’alimentation des oiseaux marins. Les données sur la répartition des oiseaux marins tels le Starique de Cassin (1999-2001), le Macareux rhinocéros (2002) et le Guillemot marmette (2006-2007), et près de 20 ans (1991-2010) de données d’enquête en mer pour le Starique de Cassin, le Macareux rhinocéros, le Macareux huppé, le Guillemot marmette, le Goéland à ailes grises, l’Océanite cul-blanc et l’Océanite à queue fourchue ont servi à l’analyse pour déterminer les limites de la proposition de RNF en milieu marin, en plus des données sur l’habitat physique et des données océanographiques. La proposition englobe environ 11 546 km² exclusivement d’espace marin et ne comprend aucune des parties terrestres des îles Scott qui sont des aires protégées provinciales.

La réserve nationale de faune en milieu marin des îles Scott complétera les désignations provinciales protégées pour les cinq îles qui composent l’archipel des îles Scott. Les îles Lanz et Cox sont celles qui sont les plus rapprochées des côtes de l’île de Vancouver et ont été désignées comme étant un parc provincial de classe A en 1995. À l’heure actuelle, les îles Lanz et Cox ne sont pas des sites de nidification des oiseaux marins. Les trois îles extérieures Sartine, Beresford et Triangle sont devenues des réserves écologiques provinciales en 1971. Ces réserves écologiques sont vouées exclusivement aux recherches écologiques et pour des fins pédagogiques, lesquelles requièrent un permis provincial. Pêches et Océans Canada a aussi délimité une aire de conservation du sébaste dans les eaux entourant les îles Cox, Lanz, Beresford et Sartine, et propose de désigner les récifs d’éponges siliceuses des détroits d’Hécate et de la Reine Charlotte comme Aire marine protégée (AMP). La partie méridionale de cette AMP proposée est adjacente à la limite septentrionale de la proposition de RNF en milieu marin des îles Scott.

Processus de création

La proposition de réserve nationale de faune en milieu marin des îles Scott a été élaborée en consultation avec le Comité directeur et le Groupe consultatif multilatéral, établi en 2010. Le Comité directeur inclut des représentants d’autres ministères fédéraux (Pêches et Océans, Transports et Ressources naturelles), de la province de la Colombie-Britannique, et des Premières Nations Quatsino et Tlatasikwala. Le Groupe consultatif multilatéral comprend des représentants des administrations locales et régionales, de la pêche commerciale, du transport maritime, de l’énergie non renouvelable, de la conservation marine, de la pêche sportive et du tourisme maritime.

Le Comité directeur et le Groupe consultatif multilatéral ont tenu de nombreuses réunions et téléconférences au cours des cinq dernières années, ce qui a mené à une compréhension commune de la raison d’être de la réserve nationale de faune en milieu marin, à la vision et aux objectifs de conservation, au processus de planification, au mandat des activités des deux organismes, ainsi qu’aux limites recommandées.

Gestion

Un plan de gestion pour la réserve nationale de faune en milieu marin des îles Scott est actuellement élaboré par Environnement et Changement climatique Canada en collaboration avec des partenaires fédéraux, provinciaux et des Premières Nations ainsi que des parties intéressées. Ce plan renferme une vision et des buts de conservation avec des objectifs propres à la RNF en milieu marin afin de guider la gestion de la zone ainsi que les priorités de recherche de façon à atténuer et à surveiller les incidences humaines. Le plan prévoit la protection continue et la gestion adaptative de la zone.

La gestion de la réserve nationale de faune en milieu marin des îles Scott sera dirigée par Environnement et Changement climatique Canada et coordonnée avec d’autres ministères fédéraux chargés des activités marines et des ressources connexes dans la région, notamment Pêches et Océans Canada, Transports Canada, et Ressources naturelles Canada. La RNF en milieu marin sera aussi gérée en collaboration avec la province de la Colombie-Britannique et les Premières Nations Tlatlasikwala et Quatsino pour assurer la complémentarité et la coordination efficace des mesures de conservation qui seront bénéfiques pour l’écosystème marin et terrestre des îles Scott.

Carte de la réserve

  • Map of Îles de la Paix NWA
Description longue pour la carte

Carte représentant une aire au nord-ouest de l’île de Vancouver, en Colombie-Britannique. Les limites de la réserve de faune en milieu marin des îles Scott sont montrées. La réserve de faune en milieu marin longe la côte de l’île de Vancouver au nord-ouest et s’étend dans l’océan pacifique, couvrant les eaux qui se trouvent autour des îles Triangle, Sartine, Beresford, Lanz et Cox. L’échelle de la carte est en dizaine de kilomètres et la bathymétrie est indiquée en mètres dans la légende.

Cette carte est à titre indicatif seulement et ne doit pas être utilisée pour définir les limites juridiques. Vous pouvez aussi utiliser Google Maps pour situer la réserve nationale de faune des îles Scott proposée en milieu marin. Notez cependant que Google Maps est une source d'information complémentaire et ne remplace en aucun cas ni la carte ni le nom officiel du site.

Top of Page

Foire aux questions

Qu’est ce qu’une réserve nationale de faune en milieu marin?

Une réserve nationale de faune (RNF) en milieu marin est une zone marine protégée établie sous la Loi sur les espèces sauvages du Canada afin de protéger et de conserver les espèces sauvages et leurs habitats et ce, à long terme. Pour qu’un emplacement soit envisagé comme RNF, un certain nombre de critères sont pris en considération, par exemple si la zone accueille un nombre important, à l’échelle nationale, d’oiseaux migrateurs ou d’espèces en péril, si elle constitue un habitat essentiel pour des espèces en péril, ou si elle représente un habitat ou une région rare ou inhabituel au sein du Canada.

Une RNF en milieu marin est un type d’aire marine protégée. Une aire marine protégée est définie par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) comme : « un espace géographique clairement défini, reconnu, dédié et géré, par des moyens légaux ou autres, afin de favoriser la conservation à long terme de la nature et des services écosystémiques et des valeurs culturelles qui y sont liés. » Les aires marines protégées sont reconnues au niveau international comme des instruments importants pour conserver le milieu marin et protéger la santé de nos océans et de nos écosystèmes marins. Leur efficacité à améliorer la résilience des écosystèmes marins, ce qui aide à mieux protéger les espèces marines et leurs habitats, est reconnue.

Le réseau d’aires marines protégées du Canada comprend trois programmes de base :

  • Réserves nationales de faune en milieu marin établies en vertu de la Loi sur les espèces sauvage du Canada et gérées par Environnement et Changement climatique Canada pour protéger et conserver l’habitat d’une grande variété d’espèces sauvages, y compris des oiseaux migrateurs et des espèces en péril à des fins de conservation, de recherche et d’information;
  • Les aires marines protégées sont établies en vertu de la Loi sur les océans et gérées par Pêches et Océans Canada dans le but de protéger et de conserver les habitats importants pour les poissons et les mammifères marins, les espèces marines menacées, les éléments uniques et les zones de forte productivité biologique ou de grande biodiversité;
  • Aires marines nationales de conservation établies en vertu de la Loi sur les aires marines nationales de conservation du Canada et gérées par Parcs Canada pour protéger et conserver des exemples représentatifs des aires marines du Canada pour fournir des occasions d’éduquer le public et de lui faire profiter de ces lieux.
Pourquoi un nouveau règlement est-il proposé pour ce projet de RNF en milieu marin?

Un nouveau règlement est proposé pour le projet de RNF en milieu marin des îles Scott afin de répondre aux besoins précis en matière de conservation et de gestion de cette espace unique. Aussi, une partie de la RNF en milieu marin est située dans la zone économique exclusive où le Règlement sur les réserves d’espèces sauvages en vertu duquel les réserves nationales de faune existantes ont été créées ne s’applique pas. Le Règlement sur les réserves d’espèces sauvages exige que l’étendue soit des « terres domaniales » lesquelles, par définition, n’incluent pas la zone économique exclusive.

De quelle façon le projet de règlement pour la proposition de RNF en milieu marin des îles Scott aidera-t-il à protéger la biodiversité?

Le Règlement propose d’interdire de déranger, d’endommager, de détruire ou d’enlever la toute espèce sauvage ou son habitat; de jeter ou de laisser des déchets, de survoler au dessus de la zone à moins de 1 100 mètres et de se trouver à moins de 300 mètres des îles Triangle, Sartine ou Beresford. Le projet de règlement n’interdit pas la pêche commerciale en général, mais interdit la pêche d’espèces fourragères importantes pour les oiseaux migrateurs : le lançon du Pacifique, le balaou japonais et le krill du Pacifique Nord. Les interdictions de pêche proposées de ces trois espèces seront bénéfiques pour de nombreuses espèces marines qui s’en nourrissent. L’interdiction de s’approcher à moins de 300 mètres limitera les perturbations des colonies de nidification d’oiseaux marins sur les îles Triangle, Sartine et Beresford, ainsi que la colonie d’otaries de Steller sur l’île Triangle. En outre, le projet de règlement interdira l’ancrage d’un navire de plus de 400 tonnes à moins d’un mille nautique des îles Triangle, Sartine ou Beresford.

Toutes ces activités interdites pourraient être permises au moyen d’un permis accordé par le ministre de l’Environnement et du Changement climatique. Dans leur demande de permis, les demandeurs devront démontrer que les effets négatifs possibles de l’activité proposée ne compromettront pas la conservation de toute espèce sauvage ou leur habitat dans la zone.

La création de la RNF en milieu marin des îles Scott rendra possible la conservation efficace à long terme des oiseaux marins et d’autres espèces marines en instaurant une approche de collaboration pour le suivi, la recherche et la surveillance afin d’atteindre l’objectif de conservation pour la zone, soit la conservation des oiseaux marins migrateurs, les espèces en péril et leurs habitats, les assemblages de l’écosystème et les ressources marines qui soutiennent ces espèces.

Quels types d’activités sont actuellement menés dans le projet de RNF en milieu marin des îles Scott?

La Première Nation Tlatlasikwala et la Première Nation Quatsino utilisent depuis longtemps les ressources saisonnières disponibles de la proposition de RNF en milieu marin des îles Scott à des fins alimentaires, sociales et rituelles. Les deux principales activités commerciales de la zone sont la pêche et le transport. Diverses sociétés de pêche exercent actuellement leurs activités dans la zone, y compris la pêche à la palangre, aux pièges et au chalut. En ce qui a trait au transport maritime, des bateaux de croisières, des vraquiers, des navires pétroliers, des remorqueurs, des barges et des navires de pêche utilisent tous cette zone. Il y a également des activités de pêche et de navigation récréatives et de tourisme dans la zone, mais ces activités sont menées à proximité de l’Île de Vancouver en raison de l’éloignement et des eaux souvent imprévisibles des îles Scott.

Le Règlement propose des mesures de protection pour remédier aux risques liés aux types et aux niveaux actuels des activités menées dans la RNF en milieu marin des îles Scott proposée, ainsi que des activités futures. D’autres mesures de conservation pourraient être prises au moyen d’autres instruments législatifs et de gestion pour aider à atténuer ces risques.

Que savons-nous actuellement au sujet des prises accessoires d’oiseaux marins dans la proposition de RNF en milieu marin des îles Scott et qu’est ce qui est fait à ce sujet?

Les oiseaux marins peuvent être pris et tués par de nombreux types et matériel de pêche, y compris les palangres, les chaluts et les filets de pêche. Une analyse des risques liés à la pêche courus par les oiseaux marins dans la RNF en milieu marin a révélé des prises accessoires d’oiseaux marins uniquement en raison de la pêche de poissons de fonds à l’hameçon et à la palangre. Des études démontrent que ces résultats pourraient être sous-estimés. Un suivi plus grand des prises accessoires et une amélioration au niveau des collectes de données sont nécessaires pour comprendre pleinement les effets sur les populations d’oiseaux marins de cette zone.

Les registres ont fait état de 36 prises accessoires d’oiseaux entre 2007 et 2013, y compris 16 albatros (dont trois ont été identifiés comme espèces), huit goélands et 12 oiseaux inconnus. Une évaluation de conformité en matière de production de rapports a également été menée, révélant que les registres de pêche à la palangre sous-estiment les prises accessoires d’oiseaux dans une proportion atteignant 85 %. En extrapolant ce résultat, des prises accessoires d’un nombre estimatif de 238 oiseaux se seraient produites dans la proposition de RNF en milieu marin entre 2007 et 2013. Bien que la surveillance continue des effets des prises accessoires se poursuivra, les incidences actuelles ne sont pas importantes au niveau écologique compte tenu de la taille des populations d’oiseaux marins dans la zone.

Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) et Pêches et Océans Canada travaillent de concert au partage et à l’analyse de données sur les prises accessoires d’oiseaux marins découlant des activités de pêche et à la prise de mesures de conservation pour mieux évaluer l’incidence de la prise accessoire d’oiseaux marins et pour en réduire le nombre. À l’égard de la RNF en milieu marin proposée, ECCC travaillera avec Pêches et Océans Canada pour traiter les lacunes en matière d’informations et les besoins en recherche en lien avec les interactions des oiseaux marins avec les activités de pêche dans la zone, et surveiller et améliorer les pratiques de pêches actuelles, en collaboration avec le secteur des pêches.

Pourquoi le projet de règlement n’interdit-il pas la pêche et le transport dans la proposition de RNF en milieu marin des îles Scott?

La recherche et les analyses effectuées jusqu’à ce jour par Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) ont révélé que les activités actuelles de pêche et de transport dans la zone, lorsqu’elles sont menées conformément aux exigences légales existantes, n’ont pas d’effets environnementaux négatifs importants, et sont donc compatibles avec les objectifs de conservation de la zone. ECCC continuera de collaborer avec Pêches et Océans Canada et Transports Canada pour surveiller les activités de pêches et de transport dans la zone, et travaillera de manière collaborative à la mise en œuvre de mesures de conservation additionnelles lorsque nécessaire.

Bien qu’il n’y ait actuellement aucune activité de pêche dans la zone visant les espèces fourragères desquelles dépendent les oiseaux marins, le projet de règlement propose d’interdire, sans permis, la pêche de trois espèces fourragères d’importance: le lançon du Pacifique, le balaou japonais et le krill du Pacifique Nord. Les activités de pêche qui ciblent ces trois espèces essentielles pour l’alimentation des oiseaux marins sont interdites, sans permis du ministre de l’Environnement et du Changement climatique, dans la proposition de RNF en milieu marin pour assurer la disponibilité de proies pour les oiseaux marins et d’autres espèces marines dans les années à venir. Si nécessaire, d’autres espèces qui sont une source importante de nourriture pour les oiseaux pourraient être ajoutées à la liste à l’avenir au moyen de modifications apportées à la réglementation et incluses dans les versions futures du plan de gestion des îles Scott et des plans de gestion intégrée des pêches de Pêches et Océans Canada.

Est ce que la proposition de RNF en milieu marin des îles Scott comprend des zones où la pêche est complètement interdite ?

Les preuves scientifiques actuelles suggèrent que des zones dans lesquelles est interdit toute forme de pêche commerciale et récréative ne sont pas nécessaires à l’atteinte de l’objectif de conservation de la RNF en milieu marin des îles Scott. Environnement et Changement climatique Canada n’a pas exclu de mesures de conservation plus strictes à l’avenir, mais veut s’assurer que ces restrictions sont fondées sur la science et instaurées dans le contexte plus large de la planification du réseau d’aires marines protégées sur la côte du Pacifique.

L’intention du projet de règlement n’est pas d’interdire toute utilisation humaine, mais d’équilibrer la conservation marine avec une utilisation durable de la zone de manière à maximiser les avantages environnementaux et sociaux économiques. Une approche de gestion adaptative sera utilisée pour surveiller les activités existantes et nouvelles proposées dans la zone et mettre périodiquement à jour le plan et les activités de gestion. Environnement et Changement climatique Canada reconnaît que des modifications futures pourraient être nécessaires avec le temps en réponse à de nouvelles conclusions provenant de la recherche.

Est ce que la RNF en milieu marin des îles Scott proposée sera ouverte à des activités futures d’exploration et de mise en valeur d’énergies non renouvelables?

À l’heure actuelle, il n’y a aucune activité pétrolière ou gazière dans la RNF en milieu marin des îles Scott proposée en raison du moratoire fédéral et provincial sur l’exploration et la mise en valeur pétrolières et gazières sur la côte du Pacifique. Si le moratoire devait être levé, les détenteurs de permis et de licences pourraient exercer les droits conférés par ces derniers sous réserve des autorisations requises du ministre des Ressources naturelles ou de l’Office national de l’énergie, ainsi que de l’autorisation du ministre d’Environnement et du Changement climatique Canada. Environnement et Changement climatique Canada étudierait une demande de permis en fonction des exigences réglementaires proposées et du contexte du plan de gestion de la zone afin d’évaluer la mesure dans laquelle la conservation ou la protection de toute espèces sauvage et son habitat serait touchée, et si ces effets pourraient être atténués ou évités. Des activités reliées à des énergies renouvelables seraient assujetties à un processus similaire d’obtention d’un permis.

Pourquoi y a t il un délai dans l’établissement de la RNF en milieu marin des îles Scott?

Le Service canadien de la faune d’Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) a entamé des consultations sur une proposition d’établissement de la RNF des îles Scott en milieu marin en 2009. Par la suite, un comité directeur et un groupe consultatif de parties intéressées ont été établis en 2010 pour contribuer au processus d’établissement. Depuis, il y a eu de nombreuses consultations avec plusieurs partenaires, des Autochtones et des parties intéressées touchés ou intéressés par la zone. Le Service canadien de la faune a travaillé avec ardeur au cours des dernières années de sorte que l’établissement de la RNF en milieu marin des îles Scott soit fondé sur les meilleures informations scientifiques disponibles qui soient et assure un équilibre entre la conservation de la zone et les préoccupations sociales, culturelles et économiques et les besoins des partenaires, des Autochtones et des parties intéressées.

La RNF en milieu marin des îles Scott proposée sera la première RNF en milieu marin au Canada créée en vertu de la Loi sur les espèces sauvages du Canada. Cela dit, le Ministère protège déjà des habitats marins au moyen de son réseau existant d’aires protégées. Les limites de nombreux refuges d’oiseaux migrateurs et de réserves nationales de faune s’étendent jusque dans l’environnement marin. Ainsi, Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) protège près de 2 millions d’hectares d’habitat marin. La création d’une nouvelle réglementation pour cette RNF en milieu marin proposée est nécessaire en raison des besoins spécifiques en matière de conservation et de gestion de la zone en milieu marin.

Documents connexes

Vidéo YouTube les îles Scott

Coordonnées

Environnement et Changement climatique Canada
Service canadien de la faune - Région du Pacifique
Unité des aires protégées
5421, route Robertson
Delta (Colombie-Britannique)
V4K 3N2
Ligne sans frais : 1-800-668-6767 (au Canada seulement)
Courriel : ec.enviroinfo.ec@canada.ca
Date de modification :