Refuge d'oiseaux migrateurs du Haut-Canada

Importance du refuge d'oiseaux migrateurs | Accès et activités | Carte du refuge | Tableau sommaire | Coordonnées

Refuge d'oiseaux migrateurs du Haut-Canada – paysage
Photo : © Environnement et Changement climatique Canada, 2014. Refuge d'oiseaux migrateurs du Haut-Canada - paysage.

Le refuge d'oiseaux migrateurs (ROM) du Haut-Canada est situé le long du fleuve Saint-Laurent à 30 km en amont de Cornwall, et s'étend au large des côtes de la frontière internationale. Le site est géré par la Commission des parcs du Saint-Laurent et la province de l'Ontario. Il comprend le parc commémoratif de la Bataille-de-la-Ferme-Crysler, le Upper Canada Village, une marina, un terrain d'aviation, un terrain de golf, des sentiers naturels, et des sites de camping et de pique-nique. Plusieurs îles sont situées au sein du refuge, notamment les îles Morrison, Nairne, Ault et certaines îles plus petites. La moitié sud de l'île Ault ne fait pas partie du refuge. De l'autre côté du fleuve Saint-Laurent, l'État de New York gère la Wilson Hill Wildlife Management Area, créant ainsi avec le ROM du Haut-Canada un très vaste complexe de conservation.

Une grande partie du refuge est couverte de terrains boisés (en particulier, des érablières), et de parcs composés principalement de zones herbeuses ouvertes. Il existe des habitats humides dans lesquels poussent des espèces telles que le saule, le frêne et l'orme. Les rives exposées sont sablonneuses ou rocheuses, tandis que les rives protégées artificiellement (dans les zones où les ponts-jetées rejoignent les îles) sont bordées par de la végétation de terres humides. De manière générale, le ROM du Haut-Canada abrite une flore de terres sèches variée et des zones humides qui constituent un bon habitat de rassemblement pour la sauvagine.

Certaines zones ont été aménagées pour la Bernache du Canada. Un enclos avec deux étangs artificiels accueille les Bernaches lorsqu'elles viennent se nourrir. Dans certaines zones, on cultive le maïs et le sarrasin qui servent de cultures d'alimentation pour les oiseaux migrateurs. Sur l'île Ault et sur le continent, les îles de nidification des oies ont été construites sur 20 étangs et fosses-réservoirs.

Importance du refuge d'oiseaux migrateurs

Avant la création du ROM du Haut-Canada, les Bernaches du Canada étaient conservées toute l'année et nourries sur place. En raison de leur présence et de la disponibilité de la nourriture, plus de Bernaches du Canada migrantes ont été attirées vers cette halte migratoire. En automne 1963, on a dénombré au total 980 oies dont 900 étaient des oiseaux migrateurs. En 1964, les chiffres ont continué d'augmenter et, le 20 octobre, 1400 Bernaches du Canada ont fait une halte migratoire dans le refuge. À l'heure actuelle, 8000 oies migratrices utilisent le refuge comme halte migratoire par saison, en plus des 3000 oiseaux nicheurs à l'échelle locale et de leurs couvées qui nichent dans le refuge et dans les terres agricoles environnantes. Autant d'oiseaux nichent et se rassemblent 5 km plus loin dans la Wilson Hill Wildlife Management Area. Le nombre d'oies nicheuses est devenu tellement élevé que des mesures de contrôle ont dû être mises en œuvre.

De nombreuses autres espèces de sauvagine se trouvent dans le ROM du Haut-Canada, y compris le Canard colvert, le Canard noir, le Canard branchu et la Sarcelle à ailes bleues. On peut voir des Grands Harles et d'autres canards plongeurs, et les oiseaux aquatiques, comme le Cormoran, le Grand Héron et le Martin-pêcheur d'Amérique, sont courants dans la région. On peut observer le plus grand nombre de canards en halte migratoire pendant la migration printanière et automnale lorsque les oiseaux se rassemblent sur les chenaux protégés (entre la partie continentale et les îles) afin de se nourrir et de se reposer. Quelques canards nichent dans le ROM et les tentatives visant à accroître leur productivité (p. ex., par l'entremise de plateformes de nidification pour les Canards colverts et de nichoirs pour les Canards branchus) ont échoué.

Le ROM du Haut-Canada contient la plus grande station de baguage sur la voie migratoire de l'Atlantique. Quelques 6 000 à 7 000 oies sont baguées chaque année, ainsi que 1 200 à 1 500 canards. La combinaison du ROM du Haut-Canada et la Wildlife Management Area de l'État de New York permet à la sauvagine de se rassembler dans de grandes zones protégées et de se déplacer localement sans être perturbées pendant la saison de chasse. Par conséquent, cette région est sécuritaire pour le rassemblement de la sauvagine.

Accès et activités

Les ROM ont pour objet la protection et la conservation des oiseaux migrateurs. Les activités qui pourraient nuire aux oiseaux migrateurs, à leurs nids ou à leurs œufs sont interdites.

Les ROM ont pu, et c'est encore le cas aujourd'hui, être créés sur des terres territoriales, fédérales et privées. Les conditions d'accès aux refuges varient d'un site à l'autre et sont établies par le propriétaire et le gestionnaire des terres.

Dans les ROM situés sur le territoire domanial fédéral, Environnement et Changement climatique Canada est responsable de la gestion et de la protection des oiseaux migrateurs, de leurs nids, de leurs œufs et de l'habitat. Dans les ROM situés sur le territoire domanial provincial, Environnement et Changement climatique Canada est responsable de la protection des oiseaux migrateurs et de leurs nids, tandis que le garde-chasse en chef de la province est responsable de la gestion de l'habitat. Dans les ROM situés sur des terres de propriété privée ou municipale, Environnement et Changement climatique Canada est responsable de la protection des oiseaux migrateurs et de leurs nids. La gestion de l'habitat est la responsabilité du propriétaire foncier.

Les interdictions générales relatives au Règlement sur les refuges d'oiseaux migrateurs s'appliquent à ce site : à moins de détenir un permis délivré par Environnement et Changement climatique Canada ou que la réglementation l'autorise spécifiquement, la chasse aux oiseaux migrateurs est interdite et nul ne peut déranger, détruire ou prendre leurs nids, et nul ne peut avoir en sa possession un oiseau migrateur vivant ou mort, ou le nid ou l'œuf d'un oiseau migrateur. La possession d'armes à feu ou d'engin de chasse est interdite et les chiens et les chats ne doivent pas être laissés en liberté.

Des interdictions ou restrictions d'accès imposées par les propriétaires fonciers du ROM (la Commission des parcs du Saint-Laurent et la province de l'Ontario) peuvent également s'appliquer.

Afin d'obtenir de plus amples renseignements sur l'accès, les activités et les permis dans les ROM, veuillez consulter la section Gestion et activités du site Web Refuges d'oiseaux migrateurs. Afin d'obtenir de plus amples renseignements sur les aires protégées d'Environnement et Changement climatique Canada, veuillez communiquer avec le bureau régional.

Il est entendu que le présent document ne porte pas atteinte à la protection des droits existants -- ancestraux ou issus de traités -- des peuples autochtones du Canada découlant de leur reconnaissance et de leur confirmation au titre de l'article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982.

Carte du refuge

Description longue pour la Carte

Carte indiquant l'emplacement du refuge d'oiseaux migrateurs du Haut-Canada par rapport à l'Ontario, au fleuve Saint-Laurent et à la frontière américaine. La carte indique les limites du refuge, qui est divisé en plusieurs zones le long du fleuve Saint-Laurent. L'échelle de la carte est en dixièmes de kilomètre.

Cette carte est à titre indicatif seulement et ne doit pas être utilisée pour définir les limites juridiques. Vous pouvez aussi utiliser Google Maps pour situer le refuge d'oiseaux migrateurs du Haut-Canada (en anglais seulement). Notez cependant que Google Maps est une source d’information complémentaire et ne remplace en aucun cas ni la carte ni le nom officiel du site.

Tableau sommaire

Tableau sommaire du refuge d'oiseaux migrateurs du Haut-Canada
CatégorieInformation
Désignation de l'aire protégéeRefuge d'oiseaux migrateurs
Province ou territoireOntario
Latitude/longitude44° 57' N, 75° 03' O
Superficie en hectares (ha)2 601 ha
Date de création (publication dans la Gazette du Canada)1961
Catégorie de gestion de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN)III - Monument ou élément naturel
Désignations supplémentairesAucune
Type d'habitat principalEau libre (50 %), terres humides (10 %), forêt sèche (15 %), terres de cultures et de foin, et parcs (25 %)
Espèces clés d'oiseauxBernache du Canada, Canard colvert, Canard noir, Canard branchu, Sarcelle à ailes bleues, Grand Harle, Cormoran à aigrettes, Grand Héron et Martin-pêcheur d'Amérique
Espèces inscrites sous la Loi sur les espèces en péril (LEP)Aucune
Organisme de gestionService canadien de la faune, région de l'Ontario
Propriétaire des terresCommission des parcs du Saint-Laurent et province de l'Ontario

Coordonnées

Environnement et Changement climatique Canada - Région de l'Ontario
Service canadien de la faune
Conservation des écosystèmes
4905, rue Dufferin
Toronto (Ontario) M3H 5T4
Sans frais : 1-800-668-6767 (au Canada seulement)
Courriel : ec.enviroinfo.ec@canada.ca
Date de modification :