Aidez le gouvernement du Canada à organiser son site Web!

Remplissez un questionnaire anonyme de 5 minutes. Commencez maintenant.

Les pluies acides

Le terme général « dépôts acides » ne désigne pas simplement les pluies acides. Ces dépôts sont principalement dus aux émissions de dioxyde de soufre(SO2) et d’oxydes d’azote(NOx), qui peuvent être transformées en polluants secondaires secs ou humides, comme l’acide sulfurique (H2SO4), le nitrate d’ammonium (NH4NO3) et l’acide nitrique (HNO3), lorsqu’ils sont transportés dans l’atmosphère à des centaines et jusqu’à des milliers de kilomètres de distance.

Les particules et les vapeurs acides se déposent de deux façons: par voie humide et par voie sèche. Les dépôts humides sont les pluies acides, un processus où des acides dont le pH est normalement inférieur à 5,6 sont éliminés de l’atmosphère sous forme de pluie, de neige, de giboulée ou de grêle. Les dépôts secs se forment lorsque des particules comme les cendres volantes, les sulfates, les nitrates et les gaz (par exemple le SO2 et les NOx) se déposent sur les surfaces ou y sont absorbées. Les gaz peuvent alors être transformés en acides au contact de l’eau.

Les dommages causés par les dépôts acides touchent les lacs, les cours d’eau, la forêt, le sol, les populations de poissons et d’animaux sauvages ainsi que les bâtiments. Avant de retomber au sol, les émissions acidifiantes (le SO2 et les NOx ainsi que les particules acides qui leur sont reliées) contribuent à diminuer la visibilité et nuisent à la santé publique. Les dépôts acides posent un problème dans l’est du Canada parce qu’une grande partie de l’eau (des ruisseaux, des cours d’eau, des étangs et des lacs) et du sol dans cette région manque d’alcalinité naturelle, comme de la chaux, et ne peut donc pas neutraliser naturellement l’acide. Les provinces du Bouclier canadien précambrien, comme l’Ontario, le Québec, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse, sont le plus touchées parce que leur réseau hydrographique et leur système édaphique ne peuvent lutter contre les effets des fortes concentrations de dépôts acides. En fait, plus de la moitié du territoire du Canada repose sur des roches dures (comme le granit) qui ne peuvent pas neutraliser les dépôts acides. Les lacs et le sol du Bouclier canadien dans le nord-est de l’Alberta, le nord de la Saskatchewan et du Manitoba ainsi que dans certaines régions de l’ouest de la Colombie-Britannique n’ont pas plus de moyens de défense contre les pluies acides que ceux de l’est du Canada.

Liens connexes


L’Accord Canada – États-Unis sur la qualité de l’air